Œuvre d’art : trouvez le maître

Chaque mardi,
je publie le détail d’une œuvre d’art, et, parfois, un bonus
Je donne trois indices.

À vous de proposer le nom de l’œuvre et celui de son créateur…

2016-10-24_114740-dufy-la-fee-electricite

Voici les indices :

– 1936, 600 m2
– Jacques Maroger
– Marc Havel

Le bonus :

Je vois autour de moi
Je vois autour de moi la mer soulevant tous ses flots,
Tantôt sur leurs sommets enflés emporter nos vaisseaux,
Tantôt rouvrant sous nos pas les abîmes de l’onde,
Les précipiter jusqu’au fond de leurs grottes profondes.
Soudain au bruit confus des vents déchaînés sur les mers
J’entends gronder la foudre et je vois briller les éclairs.
Leurs feux percent seuls les horreurs de la mer la plus sombre
Et leur pâle clarté plus effrayante que son ombre
Porte dans nos cœurs éperdus la crainte et la terreur.
André-Marie Ampère

 

acas_crhst_amp_19_298_0178_v
Document de l’Académie des sciences (Institut de France) – Photo : CNRS, CAK-CRHST.

 

ACCUEILlogo-facebook-1

14 réflexions sur “Œuvre d’art : trouvez le maître

  1. Voici, il s’agit de cette oeuvre :

    Paris, 1936. L’Exposition universelle, qui doit se tenir l’année suivante, approche à grands pas. À la dernière minute, le peintre Raoul Dufy est chargé d’une importante commande : décorer le Pavillon de l’Électricité et de la Lumière.
    L’artiste doit peindre une gigantesque surface de 600 m² ! Et pour cela, il ne dispose que de dix petits mois…

    L’œuvre, baptisée La Fée électricité, est très ambitieuse. L’idée ? Traduire en peinture l’histoire de l’électricité, de l’Antiquité à nos jours.
    Rien que la conception du projet prend déjà pas mal de temps ! En effet, Raoul Dufy doit sélectionner les nombreux scientifiques à y faire figurer.

    Dufy se retrouve donc à 120 jours de l’échéance avec un épineux problème : quelle peinture utiliser pour concrétiser son projet dans le temps imparti ?

    Car pour réussir cette course contre la montre, Dufy ne peut utiliser sa technique habituelle, la peinture à l’huile. Elle sèche bien trop lentement. À ce rythme-là, l’œuvre ne sera jamais terminée !
    Le peintre veut une peinture qui sèche le plus rapidement possible, tout en conservant un effet translucide et des couleurs éclatantes.

    Heureusement, deux personnes viennent à la rescousse. Il s’agit de Jacques Maroger, chercheur au Musée du Louvre, et de Marc Havel, chimiste au laboratoire de couleurs de la maison Bourgeois.

    Ensemble, les deux hommes mettent au point un médium, c’est-à-dire une préparation qui modifie la consistance de la peinture. Cela confère à cette dernière un durcissement plus rapide.

    Ainsi, Dufy peut superposer ses couches de couleurs sans attendre.
    C’est du jamais vu : grâce à cette recette, l’œuvre est réalisée en un temps record…

    La Fée électricité est prête juste à temps pour l’inauguration de l’Exposition universelle !

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s