Jeanine Salesse, Le pont de neige

Tous les jeudis, lisez ici un poème.

Nul n’a besoin de connaître et/ou d’aimer la poésie pour participer à ce jeu. Mais n’est-ce pas là l’occasion de la découvrir et de rencontrer ses auteurs ?

Aujourd’hui, je vous propose un poème de
Jeanine Salesse, extrait du recueil « Le pont de neige », 1996
© Le Dé Bleu

Pour vous aider, une citation de Platon : “Il y a en chacun de nous des calculs que nous nommons espérance.” (le mot manquant ne s’y trouve pas)

photo-jeanine-salesseNée en 1940, à Paris, Jeanine Salesse vit dans le Val-de-Marne. À la pratique assidue de la randonnée pédestre, comme réjouissance de corps et d’esprit, sa poésie donne une expression essentielle, dans la clarté d’une connivence tellurique. Elle loge au cœur même d’une nature profondément humanisée par la fluidité de son écriture.

Peintre du paysage donc, mais au delà de tout « rendu » descriptif : d’un coup d’aile sont rejointes la présence lointaine et la saveur remémorée. La mémoire, en effet, nourrit constamment le pèlerinage, persiste, comme en recherche d’un équilibre entre l’irrésistible du temps, l’insistance du souvenir et, surtout, l’attention aux plus humbles réalités : une « volée de plume », un « humus », des « souffles », des « riens » ; avec, pour contrepartie, le sentiment d’un manque dans la parole (« Rien ne guérira ma voix/ de ce qu’elle n’a pu dire : ce petit bois/ d’épave, ce rien/ qui fait sourire ») et comme un goût d’inachevable qui donne à cette œuvre, au delà même du charme de son écriture, sa véritable dimension poétique. Jeanine Salesse donne des lectures publiques. Elle est membre du jury du Prix Louis Guillaume du Poème en Prose.

Paul FARELLIER

(Revue Les Hommes sans Épaules).

pas-sur-la-neige

Le souvenir, dernière caresse nouée
d’un bord à l’autre de l’été
bourdonne avec l’abeille,
essaime et s’épanouit
dans le lointain
où il touche à la neige.
Ou bien sables en émeute
il nous culbute dans l’entaille
où la cascade écrase ses eaux
et notre (***).
Rien que lui sur le sentier.
Et qu’on ne peut rattraper : ce bruit
de pas sur la neige.

Jeanine Salesse, Le pont de neige

ACCUEILlogo-facebook-1

9 réflexions sur “Jeanine Salesse, Le pont de neige

  1. Le souvenir, dernière caresse nouée
    d’un bord à l’autre de l’été
    bourdonne avec l’abeille,
    essaime et s’épanouit
    dans le lointain
    où il touche à la neige.

    Ou bien sables en émeute
    il nous culbute dans l’entaille
    où la cascade écrase ses eaux
    et notre espoir.

    Rien que lui sur le sentier.
    Et qu’on ne peut rattraper : ce bruit
    de pas sur la neige.

    Jeanine Salesse, Le pont de neige

    Merci de votre participation !

    J'aime

    1. Je croyais que mon indice donnerait la réponse a tout le monde ! Espérance … espoir.
      Tu es la seule à avoir trouvé « le » mot !
      Oui, cette poétesse écrit superbement…
      Bisous, belle ❤

      J'aime

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s