Guy Goffette, Le pêcheur d’eau

Automne

La vie nulle sous le grimoire des noms,
c’est nous à l’enseigne déjà des futurs
trépassés, nous encore dans l’âcre odeur
des feuilles jaunies que la mer

en ce fumeux lointain condense, nous
qui rêvons de partir, oiseaux prostrés
sur la corde du vide accrochant
la nuit des chambres à celle des désirs,

et que rompt d’un seul coup, à la fenêtre
du réveil, le corps buté de la terre
prise par le gel. Ô chrysanthèmes, rendez
à nos âmes dégrisées un peu de la couleur

des femmes qui passent en riant.

Guy Goffette, Le pêcheur d’eau,
Quatre saisons pour Jude S., 1995

ACCUEILlogo-facebook-1

3 réflexions sur “Guy Goffette, Le pêcheur d’eau

  1. Si tu me prends par les sentiments en me mettant Guy Goffette, alors je fonds de plaisir !!! Alors je m’explique ! J’ai un recueil « L’adieu aux lisières » que je trouve assez inégal (ou répétitif parfois) mais j’ai aimé à peu près tous ses romans, sa prose poétique fait mouche… Bises dominicales ma Tinou♥

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s