frederic-bazille

Chaque mardi
je publie le détail d’une œuvre d’art,
Je donne trois indices,et, parfois, un bonus.

À vous de proposer le nom de l’œuvre et celui de son créateur…

Je prends souvent mes sources chez Artips. un site qui propose des anecdotes décalées mais confirmées sur ces œuvres.

Les indices aujourd’hui :

– « un modèle ravissant mais qui va me coûter les oreilles » (à notre époque nous aurions dit un bras, ou un œil)

– Olympia

– 28 ans, 28 novembre 1870

Les pivoines
Elle avait une robe où fleurissait, candide
La pivoine en bouquets, et je riais alors
De la voir si jolie. Ma main étreint le vide
Aujourd’hui, et mes yeux la cherchent au-dehors
Mais ils ne trouvent plus sa démarche légère
Qui faisait s’envoler les papillons soyeux
Dans l’azur délicat d’un matin de lumière
Où s’épanouissait son beau rire joyeux.
La pivoine languit au jardin délaissé
Et ses pétales lourds s’effeuillent sur la terre
Rien ne saura guérir mon âme solitaire…
Quand je pense à ce jour où elle m’a laissé,
Je revois le rosier où brillait la cétoine
Et, au jardin d’été, la splendeur des pivoines.
Marcek

 

ACCUEILlogo-facebook-1