Œuvres d’art, trouvez le maître

DOUANIER ROUSSEAU La Basse-cour

Chaque lundi & vendredi,
je publie le détail d’une œuvre d’art, et, parfois, un bonus
Je donne trois indices.

À vous de proposer le nom de l’œuvre et celui de son créateur…

Les indices :

– Octroi de Paris
– Jardin des Plantes
– Peintre du dimanche

Le bonus :

Si je ne suis pas ressemblant, comment m’avez-vous reconnu ?
Guillaume Apollinaire

 

ACCUEILlogo-facebook-1

 

 

 

15 réflexions sur “Œuvres d’art, trouvez le maître

  1. La réponse est :


    Le Douanier Rousseau, La basse-cour. 1896 – 1898.

    Les indices :

    « Rien ne me rend plus heureux que de sortir dans la campagne et de peindre ce que je vois », disait le peintre Henri Rousseau.
    Cette simplicité que le Douanier Rousseau souligne dans cette phrase lui a longtemps été reprochée. Autodidacte, il a souvent été décrit comme un « peintre du dimanche », même si certains ont vu en lui un artiste hors du commun. Ainsi, des créateurs de l’avant-garde comme Picasso, Delaunay ou encore Kandinsky étaient de grands admirateurs du peintre naïf.

    Qu’on le connaisse bien ou non, le Douanier Rousseau interpelle, à commencer par son surnom peu commun.

    Il a vraiment été douanier

    En 1871, avant de devenir peintre, Henri Rousseau travaillait comme commis de deuxième classe à l’Octroi de Paris. Un métier qui ne signifie plus grand chose aujourd’hui. À l’époque, il s’agissait d’un bureau de taxes sur certaines denrées, installé à l’entrée d’une ville. En somme, une sorte de douane des agglomérations. C’est l’écrivain Alfred Jarry qui lui a donné le surnom de « Douanier ».

    Il a trouvé l’inspiration de la jungle en prison

    Employé comme commis chez un juriste en 1863, Henri Rousseau vola de l’argent et des timbres-poste à son employeur. Il est condamné un an plus tard à un mois de prison. C’est à ce moment, fasciné par les récits de ses camarades qui reviennent du Mexique, qu’il a, d’après ses dires, trouvé l’inspiration pour ses « Jungles ». Le jardin des Plantes à Paris aurait également fait partie de ses sources d’inspiration.

    J'aime

  2. L’auteur, Henri Rousseau sans doute ; le titre : « Dodos fantômes errant près des Barrières ».
    (on le sait peu – l’histoire de l’art a de ses pudeurs bizarres- , mais Henri Rousseau complétait son emploi à l’octroi qui lui valu son « Douanier » en gardant, le soir, la porte des limbes où se baladent les fantômes des animaux disparus ou pas encore apparus….)

    Aimé par 1 personne

  3. Le Douanier Rousseau, « la basse cour ». Petite énigme. Sur la présentation de ton billet dans mon GR, je vois une citation d’André Breton et sur ton site je ne la retrouve pas ????

    Aimé par 1 personne

    1. T’es trop forte, Aifelle. Pour ta question, je t’ai répondu sur FB pour aller plus vite : il faut cliquer sur la maison « accueil » pour voir la présentation et la citation d’annonce.

      J'aime

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s