L’énigme d’Alphonse

 » Le soir, comme ils rentraient des champs, les parents trouvent le chat sur la margelle du puits où il était occupé à faire sa toilette.
– Allons, dirent-ils, voilà le chat qui passe sa patte par-dessus son oreille. Il va encore pleuvoir demain.
En effet, le lendemain, la pluie tomba toute la journée. Il ne fallait pas penser à aller aux champs. Fâchés de ne pouvoir mettre le nez dehors, les parents étaient de mauvaise humeur et peu patients avec leurs deux filles. Delphine, l’aînée, et Marinette, la plus blonde, jouaient dans la cuisine à pigeon vole, aux osselets, au pendu, à la poupée et à loup y-es-tu.
– Toujours jouer, grommelaient les parents, toujours s’amuser. Des grandes filles comme ça. Vous verrez que quand elles auront dix ans, elles joueront encore. Au lieu de s’occuper à un ouvrage de couture ou d’écrire à leur oncle Alfred. Ce serait pourtant bien plus utile.
Quand ils en avaient fini avec les petites, les parents s’en prenaient au chat qui, assis sur la fenêtre, regardait pleuvoir.
– C’est comme celui-là. Il n’en fait pas lourd non plus dans une journée. Il ne manque pourtant pas de souris qui trottent de la cave au grenier. Mais Monsieur aime mieux se laisser nourrir à ne rien faire. C’est moins fatigant.
 – Vous trouvez toujours à redire à tout, répondait le chat. La journée est faite pour dormir et pour se distraire. La nuit, quand je galope à travers le grenier, vous n’êtes pas derrière moi pour me faire des compliments.
 – C’est bon. Tu as toujours raison, quoi. »
 Marcel Aymé, Les contes du chat perché

Delphine, Marinette et le Chat se regardaient affligés : s’occuper à un ouvrage de couture, écrire à l’Oncle Alfred, attraper les souris… Ils n’avaient vraiment pas d’imagination, ces adultes ! Ils complotèrent toute la journée du  jeudi, un jour sans école,  se demandant comment dérider les parents à leur retour des champs.

– Et si on leur posait des devinettes, propose Alphonse (le chat).

– Parce que tu crois qu’ils vont avoir le cœur à jouer en rentrant du travail, rétorque Delphine, la plus grande. D’ailleurs, les adultes n’aiment pas jouer ; ils ne pensent qu’à travailler.

– On va leur dire qu’on a un devoir de calcul pour demain et qu’on ne sait pas le faire, qu’il faudrait qu’ils nous aident parce qu’on va être punies par le maître, imagine Marinette, la plus blonde. C’est utile, comme ils disent.

– On ne peut pas leur poser celle du chat qui veut attraper une souris qui se trouve de l’autre côté de la rivière, quand même !

– Pourquoi, demande Alphonse.

– Ben, parce que tu sais lire, toi !

– Je ne vois pas le rapport, rigole le chat.

– Écoute plutôt.

Un chat veut attraper une souris. Mais celle-ci se trouve de l’autre côté d’une rivière. Pour aller de l’autre côté, le chat ne peut pas nager car la rivière est infestée de crocodiles, il ne peut pas faire de détour car il y a une cascade de chaque côté. Et sur le pont il y a un panneau qui dit : « attention aux mines ».
Que peut faire le chat ?

– C’est sûr, si je ne savais pas lire, j’aurais emprunté le pont !

– Les parents vont dire qu’un chat est un chat et que comme chat échaudé craint l’eau froide, il ne va pas tenter la traversée de la rivière à la nage, même s’il n’y a pas de crocodile dans nos rivières.

– Ils veulent avoir réponse à tout, les parents ; il faudrait qu’on trouve une énigme complètement énigmatique.

– Énigmathématique.

Alphonse, pendant que les fillettes cogitaient, était discrètement sorti de la maison. Il avait convoqué dans la grange tous ses copains-félins pour leur demander conseil. Même Grippeminaud, malgré son grand âge, s’était déplacé. Il avait plus d’une souris dans son sac, le bougre ! Nul doute que ses propositions seraient avisées ! Et Raminagrobis, qui, malgré son air chattemite, avait maintes fois prouvé qu’il ne faut pas réveiller chat qui dort.  De conciliabules en discutailleries, ils échafaudèrent une colle absolument logogriphique.

Dans un bus d’école, 7 enfants sont conduits. Chaque enfant a 7 sacs à dos. Dans chaque sac se trouvent 7 mamans chattes. Chaque chatte a 7 chatons. Heureusement, chacun a autant de pattes que prévus par la nature.

Question : Combien de jambes/pattes sont dans le bus?

Alphonse revint dans la cuisine. Vite, il fallait tester l’énigme avant le retour des parents. Il exposa le problème aux deux fillettes. Elles restèrent coites et perplexes. Mais celui qui se trouva le plus dans l’embarras, c’est Alphonse, quand les parents le retrouvèrent assis sur la margelle du puits avec, devant lui, deux petites langues roses.

– Heu… bafouilla-t-il, un peu gêné. Dépêchez-vous de trouver la réponse à l’énigme ! Les petites en ont besoin, sinon le maître va penser qu’elles l’ont avalée, alors qu’elles ne l’ont habituellement pas dans la poche !

1ef89890c3a6aa711a0b9d43a33953a7

Écrit pour l’autre des thèmes de l’agenda ironique de septembre, tenu et entretenu par Carnets Paresseux et… moi-même.
Où il est question  « de donner sa langue au chat ».

 ACCUEILlogo-facebook-1

24 réflexions sur “L’énigme d’Alphonse

  1. heu… le calcul et moi ça ne fait pas bon ménage… 🙂 heureusement (pour moi) il y a les mots et le ton qui donne à ton histoire un petit air de Marcel Aymé, fort bien mis en scène. Bravo !

    J'aime

  2. Euh…si je peux me permettre, cette histoire mérite un signalement à la police…

    Premièrement, pour avoir fait porter 7 sacs à dos à de frêles bambins au dos fragile…deuxièmement pour surcharge du bus et mise en danger du chauffeur, qui ne peut pas ne pas être dérangé par tous les miaulements de ces pauvres bêtes entassées dans un mini-bus.. .et puis, enfin, pour mauvais traitements vis-à-vis d’animaux domestiques qui risquent de mourir rapidement d’étouffement…

    Je suis donc très très inquiète pour l’auteur(e) de ce texte, qui, à mon avis, risque gros…et devrait émigrer à l’étranger au plus vite avant que les gendarmes ne frappent à sa porte et ne l’emmènent au bloc.
    C’est vrai que là, elle aura tout loisir de compter les pattes une à une…en barrant les bâtons dessinés sur le mur…mais bon, ayant un peu d’affection pour elle, je préfère la mettre en garde …
    (à vue)

    A moins que…
    A moins que , dans un sursaut de bon sens, les enfants aient laissé toutes les chattes et chatons (dans leurs sacs ouverts) à la maison…auquel cas on pourrait oublier le signalement, et compter les pattes (ou plutôt jambes) restantes dans le bus :
    14 pour les enfants, 2 pour le chauffeur, soit 16 en tout.

    Aimé par 4 people

  3. Alors voyons, 7 enfants portant 7 sacs chaque, ça fait 49 sacs-à-dos ; 7 mamans chattes dans chaque sacs, soient 343 matoutes, accompagnées de 7 chatons chaque, donc 2401 chatons.
    chatons et mamans chattes, y a donc 2744 miauleurs dans le bus, ce qui nous fait 2744 queues de chats mais surtout 10976 pattes de chat.

    bien sûr faut pas oublier les deux jambes des sept mômes, soient 14, donc 10990, et le chauffeur (ou la conductrice), ce qui nous mènent au chiffre pharamineux de dix mille neuf cent quatre-vingt-douze pattes ou jambes.

    Même si je me suis pas gauffré dans les opérations, le résultat est incertain : quid de la maîtresse ou du maître d’école qui accompagnerait un éventuel voyage scolaire…
    sans compter le hamster de Guiguitte (la sixième môme dans la 2e rangée) qui s’est endormi (le hamster) dans son cartable (à Guiguitte) : sa maman (à Guiguitte) l’a t-elle enlevé du sac en y posant son gouter (à Guiguitte ?), ou dort-il encore sous son sandwiche (à Guiguitte) ?

    Aimé par 3 people

        1. Je cite :
          « Dépêchez-vous de trouver la réponse à l’énigme ! Les petites en ont besoin, sinon le maître va penser qu’elles l’ont avalée, alors qu’elles ne l’ont habituellement pas dans la poche ! »
          Faut lire entre les lignes 😉

          J'aime

  4. Chouette, Marcel Aymé, un de mes préférés !

    Je ne sais pas si quelqu’un t’a déjà suggéré d’écrire des histoires, mais dans tous les cas c’est une suggestion qui mériterait d’être considérée
    🙂

    Aimé par 2 people

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s