Œuvre d’art, cherchez le maître

gauguin_angele_2_2x
Je publie le détail d’une œuvre d’art.
Je donne trois indices (et parfois un bonus)
À vous de proposer le nom de l’œuvre et celui de son créateur…

Je prends mes sources chez Artips. un site qui propose des anecdotes décalées mais confirmées sur ces œuvres.

L’énigme du jour :
– Îles Marquises
– École de Pont Aven
– Le Paradis — un peu plus loin

 

Jacques Brel, en bonus…

Les réponses sont modérées, elles seront publiées vers 19 h.

scan carte

Accueil

 

 

 

3153614-4507960 N&B1

20 réflexions sur “Œuvre d’art, cherchez le maître

  1. Et voici la réponse ! Il s’agissait de LA BELLE ANGÈLE, une oeuvre de Paul Gauguin

    Voici ce qu’on sait de cette oeuvre (présentée par Artips)

    « J’aime la Bretagne ». 1889, Gauguin est de retour à Pont-Aven. Dans sa recherche effrénée de primitivisme, il veut peindre un folklore breton encore vivace. Il réside à côté d’un bistrot dont la ténancière, Marie-Angélique Satre, est réputée être l’une des plus belles femmes du pays. Gauguin n’y résiste pas et décide de réaliser le portrait de cette jeune fille de 21 ans.

    Dans l’angle inférieur gauche, il inscrit « LA BELLE ANGELE », persuadé d’avoir réalisé le meilleur portrait de sa carrière. Pourtant, les traits sont applatis et les proportions loin d’être idéales. Théo Van Gogh constate même que « [cette] femme ressemble peu à peu à une jeune vache »…

    L’œuvre présente le portrait dans un cercle qui l’isole, procédé alors courant dans les illustrations japonisantes. Ce « recadrage » lui donne aussi valeur d’emblème : une pension du même quartier utilisait, pour son papier de correspondance, l’image d’une bretonne ainsi encerclée.

    Afin d’accentuer la valeur symbolique de l’œuvre, Gauguin ajoute à côté du modèle une statuette d’inspiration péruvienne, dont la coiffe fait écho à celle de La Belle Angèle…
    Le peintre crée ainsi une véritable icône de la femme bretonne.

    Mais cela ne satisfait pas le modèle qui s’écrie « Quelle horreur ! » à la vue du tableau, ajoutant son refus à l’incompréhension artistique qui isole alors Gauguin.
    Elle refuse la toile tout comme le fera dans un premier temps le Louvre…
    Degas en revanche soutiendra Gauguin en achetant l’œuvre en 1891 et en la conservant jusqu’à sa mort.

    Aimé par 1 personne

  2. Je viens de comprendre que tu modérais les commentaires !!!! Oui je suis lente, l’épisode canicule ne m’a pas aidée ! Il s’agit de Gauguin, mais est-ce ça que tu veux ou le nom du tableau ? 😆 Misère…

    J'aime

      1. Oui ma Tine j’ai séché, j’ai du mal à retenir les noms de tableaux, même ceux que je connais bien, je leur donne volontiers un « nom à moi » pour m’y retrouver, alors tu imagines… 😆 Et je n’avais pas le temps de chercher, je ne suis pas la Columbo du Net comme toi, en plus mon ordi défaille et ralentit ! Bisous♥

        J'aime

    1. Mais si, mais si, Miss, tu viens de t’en apercevoir… les commentaires sont modérés. Tu as trouvé le nom de l’artiste, mais il faut aussi celui de l’oeuvre… À toi, donc 😉
      Bisouxxxxxxx ❤

      Aimé par 1 personne

    1. L’école de Pont Aven…
      « J’aime la Bretagne ». 1889, Gauguin est de retour à Pont-Aven. Dans sa recherche effrénée de primitivisme, il veut peindre un folklore breton encore vivace. Il réside à côté d’un bistrot dont la ténancière, Marie-Angélique Satre, est réputée être l’une des plus belles femmes du pays. »
      Et ce sera LA BELLE ANGÈLE qui deviendra célèbre sous son pinceau, mais bien à contre-coeur !
      À mardi prochain ?

      J'aime

    1. C’est Gauguin, oui Aifelle.
      Et son modèle fut, en Bretagne, Marie-Angélique Satre… qui n’a pas aimé, mais pas aimé du tout la manière dont elle fut représentée 😀

      J'aime

    1. Tu as bien proposé, Valentyne. Bravo.

      Ce que j’ai lu sur Artips : « Afin d’accentuer la valeur symbolique de l’œuvre, Gauguin ajoute à côté du modèle une statuette d’inspiration péruvienne, dont la coiffe fait écho à celle de La Belle Angèle…
      Le peintre crée ainsi une véritable icône de la femme bretonne.
       »

      Étrange, oui…
      À mardi prochain ?
      Bises ❤

      J'aime

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s