À la lettre prêt ? Ou près de la lettre ? Jobougon offre conversation entre les livres et leurs habitants. Si si… glandeur nature. Allez voir comment les lettres se serrent les coudes pour que littérature existe 😀 À déguster sans modération, même si ce qui compte, c’est ce qui reste à l’intérieur des encriers. Pacifiste, Jobougon !

L'impermanence n'est pas un rêve

Ma participation à l’agenda ironique d’Août chez Martine : Merci de me laisser trace de votre passage dans le monde de ma grande folie douce.
Car toute minuscule soit-elle, je gage qu’elle saura admettre que la majuscule contrainte était nécessaire à sa créativité.
Bonne lecture à tous.

Et moi qui me débat encore avec ce terrible exercice de style, mais qui gagne chaque jour un peu plus de terrain.

Je serai chevelue barbue avant le 24 août, c’est dit. Yapuka. Avec deux essais en route, il faudra bien que j’en termine un. Car si la consigne est complexe, pour autant, visiblement, elle n’est pas impossible à remplir. Sauf que dans le style, j’aurais tendance à sembler un peu incohérente de prime abord, et travailler sur la clarté du langage m’ôte toute ma compétence. Furieux paradoxe que celui-là.

Attenter contre lettrine est un crime de lèse-prestige, fulminer ne modifie rien…

Voir l’article original 771 mots de plus