Paul Mahieu, Tu prends le mot

Tu prends le mot « sein »
attention c’est un mot sensible, à manier avec infiniment de précaution, de la douceur s’il te plaît, de l’aménité, j’oserais dire du respect

c’est un mot de main, de paume, de doigt, de bout d’ongle
c’est un mot de regard, de voile, de halo ou de flambance, d’étincelle
ou de prière, de poème
c’est un mot de bouche, de lèvre, de bout de dent,
de bout de langue
et d’un rien de salive
c’est un mot de framboise et de pêche
d’aubépine et de serpolet
c’est un mot d’écoute-coeur

tu le prends, tu l’environnes , tu l’envoisines, tu l’encotonnes , de partout
mais, je te le dis encore
il a besoin d’amour, tu sais

Paul Mahieu, Tu prends le mot, © La SCRIbande

page1_blog_entry3_1
Paul Mahiu, poète belge, 1925-2005

Poète belge, animateur des ateliers d’écriture de la SCRIbande – né en 1925, décédé le 23 nov.2005.
Grand amoureux des mots, qu’ils soient français, wallons, picards ou chtimis, ou même inventés de toutes pièces, il a mis tout son coeur dans sa propre écriture, mais aussi dans le « coup de pouce » à l’inspiration et à la confiance de tous ceux qui avaient envie de se lancer dans l’écriture, jeunes ou vieux.

LOGO


Poème choisi pour Les Cahiers de Poésie du Jeudi, compilés par Asphodèle

 

 

Accueil3153614-4507960 N&B1

23 réflexions sur “Paul Mahieu, Tu prends le mot

  1. Hihi, Voilà qui devrait convertir Mindounet à la poésie ! Plaisanterie mise à part, voici un poème à cueillir du bout des lèvres sur cette première page de ton recueil de poésie du jeudi !

    Aimé par 1 personne

  2. Mais quel joli poème frais comme une brise d’avril ! C’est un bisou sur le front d’un enfant malade ! J’aime beaucoup ! Décidément la Belgique est vraiment un « nid » d’écrivains talentueux ! :3

    Aimé par 1 personne

    1. J’aime ton « bisou sur le front d’un enfant malade »… D’un enfant qui téterait ce sein si charmant ? D’un enfant, devenu Homme qui lui rendrait hommage ?

      Ce poème m’a amusée, autant qu’l m’a touchée.

      Aimé par 2 people

      1. Je suis d’accord avec toi, il y a une pointe d’humour qui donne au reste toute sa saveur justement ! 😉 Mais c’est magistral car il ne tombe jamais dans le trivial …aussi (le sujet aurait pu le faire trébucher ! 😆 ) …

        Aimé par 1 personne

  3. Bonjour Martine, et merci pour ce poème découverte (pour moi).
    Délicats et tendres mots… pour cette partie du corps si peu estimée, respectée… Merci à toi, de lui offrir les mots de Paul Mahieu.
    Belle journée !
    Eléonore

    Aimé par 1 personne

    1. La Belgique foisonne d’esprits poétiques et créateurs d’émotion.

      Je trouve ce poème léger et pourtant empreint d’une grande tendresse pour ce qui, souvent, n’est regardé que comme un attribut … publicitaire 😦

      Aimé par 1 personne

    1. Quand on « ne saurait voir » souvent l’on est effectivement bégueule, mais aussi faux jeton.

      “L’érotisme tient dans ce sein qu’on ne saurait voir.”

      J'aime

  4. Y mettre tout son cœur en son sein dans sa propre écriture, lis-je, oh, comme il a bien fait !
    Ce poème est tout doux tout doux, et me donne envie d’avoir une main aimante et douce comme sa poésie qui court sur mon sein comme ce poème su le faire en mon âme.

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s