Le testament de la pluie, #ae1#

Sur le site des Éditions Zulma, j’ai trouvé grâce à Grumots, des ateliers d’écriture & jeux littéraires, conçus par Hubert Haddad. C’est très ludique et les résultats sont totalement inattendus et délicieusement surprenants.

Ci-dessous, j’ai joué dans l’atelier n°1 (il y en a quatre), en suivant les consignes et en utilisant des mots récoltés dans le recueil de poésie de Salah Al Hamdani, Rebâtir les jours, dont je présenterai un extrait dimanche prochain. Là, c’est le texte brut ; il faudrait que je le retravaille, mais je le publie surtout pour vous donner une idée du genre de production à laquelle on peut aboutir. Je me suis bien amusée, et ce n’est qu’un début !

à suivre…#ae#

La légende dit que tous les amis du monde se sont dissous un jour de pluie.

Non, pas par noyade ! Mais comme sucres dans café amer que la nostalgie de mon corps, à cette époque resplendissant, me rappelle insidieusement.

Lorsque l’éminent professeur prit la parole, il nous annonça que la pluie était désormais bannie.

Notre réveil fut difficile et douloureux, comme si cette lune à l’agonie était désormais brûlée par les rayons d’un soleil omniprésent.

Je vis un des étudiants blêmir en entendant ces paroles. Il leva les yeux au ciel, pour y chercher la lumière. Il n’y trouva même pas la lueur d’un rai de lune. Il devinait que le sablier de ses matins qui s’écoulait depuis sa naissance était en train de se vider, telle une clepsydre tarie.

La Maison au Cygnes s’était dissoute elle aussi. Elle n’était plus qu’un lointain souvenir qu’aucune lumière, même céleste, ne pourrait ranimer.

Le poète nous informa que rien ne pourrait changer cet inéluctable destin. La haute solitude de sa voix résonnait sans relâche. Qui venait ainsi bouleverser nos souvenirs, et réveiller la grand-mère ? Nous entendions ses cris, là-haut dans le ciel. L’héritage de la douleur est tellement difficile à porter !

Ce texte à été écrit à l’aide de l’Atelier d’écriture des éditions Zulma.
D’après le nouveau magasin d’écriture d’Hubbert Haddad.

© martine C.


livre3153614-4507960 N&B1

15 réflexions sur “Le testament de la pluie, #ae1#

  1. Ce testament de la pluie est très beau, fluide, lançant tout un troupeau d’échos (là, moi, j’entends Hoffmann et ses histoires rhénanes) et, en lui-même, riche de plein de possibles ; l’occasion de dire que ça serait bien -pour le lecteur au moins, soyons égoïstes, – que tu écrives plus souvent, avec démarreur-oulipien-ou-autre, ou sans.
    hop !

    Hubert Haddad, zut, encore un pas-lu à lire….

    Aimé par 1 personne

      1. Jamais lu ce prolifique (la bib en a 50 références, sauf le titre que j’envisageais. Et je veux bien une brouettée de conseil, bien sûr (critères : facile à lire, bien écrit, pas trop épais, prenant, qui dure longtemps, qu’on peut en petites tranches et qu’on lâche pas avant la fin).

        J'aime

          1. Voilà la brouette: qu’y conseillerais tu ?

            – Les Derniers jours d’un homme heureux / Oholiba des songes
            /Armelle ou l’Éternel retour
            La Cène / Les Grands pays muets / Clair venin du temps / La Ville sans miroir / Le Visiteur aux gants de soie / La Rose de Damoclès / Crânes et jardins / L’ami argentin / Le bleu du temps / Du visage et autres abîmes / Les larmes d’Héraclite / Perdus dans un profond sommeil / Un rêve de glace / Les effrois / L’ univers / Meurtre sur l’île des marins fidèles / La condition magique / Une rumeur d’immortalité / Petits sortilèges des amants / Le pont renversé / La falaise de sable / La double conversion d’Al-Mostancir /Mirabilia / Quelque part dans la Voie lactée / Le ventriloque amoureux / L’âme de Buridan / Le camp du bandit mauresque / Théorie de la vilaine petite fille / Ma /Géométrie d’un rêve / Le peintre d’éventail .

            sachant que je vais d’abord en lire un, puis éventuellement un deuxième, lentement.
            🙂

            Aimé par 1 personne

                1. Je suis plutôt lectrice de la poésie d’Haddad. Je te conseillerais « Le peintre d’éventail » pour une première lecture.
                  Mais peut-être qu’à la bibliothèque, ils te glisseront d’autres titres dans les mains.
                  Mais lequel avais-tu dans l’idée, au départ, et qui ne figure pas dans le fond de ta bibli ?

                  Aimé par 1 personne

                    1. Quand les critiques disent que c’est un dictionnaire portatif, moi je veux bien, mais il pèse son poids de mots ! Presque 1 000 pages, tu te rends compte ! ça se porte pas comme ça !

                      J'aime

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s