Pour conjurer le mauvais temps

20160519_112109 bleuet

 

Tandis que l’étoile inodore
Que l’été mêle aux blonds épis
Emaille de son bleu lapis
Les sillons que la moisson dore,
Avant que, de fleurs dépeuplés,
Les champs aient subi les faucilles,
Allez, allez, ô jeunes filles,
Cueillir des bleuets dans les blés !
[…]

Victor Hugo, Les OrientalesLe 13 avril 1828.

un_bouquet_des_pivoines_par_pierre_joseph_redoute_carte_postale-p239705535488341428baanr_400

livre3153614-4507960 N&B1

 

11 réflexions sur “Pour conjurer le mauvais temps

    1. C’est vrai que ça gesticule, ces petites choses ! Et il m’a fallu attendre un bon moment pour que celui-ci daigne se poser suffisamment longtemps pour que je le capture ! Demain, pour le Silent Sunday, je vais publier une autre photo, d’un « drôle de jardin ». Si elle t’intéresse, n’hésite pas à en récupérer le lien. Et puis, pour lundi, j’ai programmé une autre photo de fleurs… si tu veux l’intégrer dans ton herbier virtuellement vivant… Elle paraîtra lundi à minuit.
      Bisous, et ne fais pas trop de misère à Isa, au scrabble 😉

      J'aime

  1. Elle est vraiment belle cette photo mais je ne vois pas beaucoup de bleuets ici… C’est vrai que ta présentation « bannière » qui s’accorde au billet du jour est très jolie ! Et puis tu deviens « pro » en matière de photo !!! 😀 Bisous ma Tine♥

    Aimé par 1 personne

    1. Bisous, Miss. Ces bleuets-là sont semi-sauvages. Nous les avions semés il y a une bonne dizaine d’années. Et maintenant ils prolifèrent à leur guise dans un coin du terrain (et ils ont la vie dure : ils ont été tondus plusieurs fois, sans égards, mais ils sont revenus presque aussitôt).
      Merci pour tes compliments : ils me touchent.
      Gros bisous ❤

      J'aime

    1. J’en ai deux massifs à la maison. Et c’est vrai que dans les blés, il n’y a plus rien. Les produits chimiques ont eu raison de toute cette belle nature.

      J'aime

    1. Pro, non, je ne crois pas. Mais j’ai une certaine idée de l’esthétisme (la mienne) et j’aime ce que je ressens beau ! de fait, cet extrait d’un poème de Victor Hugo sert à illustrer ma photo (et pas le contraire) : l’abeille qui butinait le coeur de ce bleuet m’avait fait fondre 😀
      Bisous, Anne !
      J’espère que tu vas agiter les neurones du Prof Taurus pour le mois de juin 😉

      J'aime

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s