Philippe Geluck, L’art et le chat

05

Le Chat de Geluck dans les bras de la Joconde, sûr, ça attire forcément l’œil quand on passe devant la vitrine du libraire. Et ça attire le lecteur potentiel dans la librairie ! C’est ainsi que je me suis retrouvée en possession de cet album.

Triple intérêt pour moi : Le Chat est peut-être la seule BD que j’arrive à lire, j’aime les œuvres d’art, Philippe Geluck est belge, et, au mois d’avril, avec Anne et Mina, on parle en belge.

Eh bien, je ne regrette pas mon a-Chat ! Rien que du bonheur !

04Vis-à-vis, côte à côte, nez à nez, dos à dos. Le Chat se prend pour une oeuvre d’art, converse avec elle, se glisse sous le pinceau du peintre, le ciseau du sculpteur, prend la pose, détourne l’intention de l’artiste, interprète …

Page après page, ce ne sont que clins d’œil, parfois pas toujours heureux certes, mais de bon aloi.

01Mondrian, Soulages, Magritte, Christo, Warhol, Léonard de Vinci, Vermeer et les autres. Rien ni personne n’effraie le félin de Geluck qui détourne allègrement l’original, s’en gausse, gouaille et persifle, mais ne manque pas de respect même s’il est impertinent.

03« Le Chat nous emmène dans une visite humoristique de son panthéon artistique. Le bleu Klein, le Martyre de Saint-Sébastien, les lacérations de Fontana, le Cri de Munch ou les compressions de César… autant d’icônes de l’art passées à la moulinette du Chat »
02Une exposition au Musée en Herbe à Paris se tient actuellement. Je pense, qu’à côté, l’album n’est que pipi de Chat… mais bon.

 

17 réflexions sur “Philippe Geluck, L’art et le chat

  1. L’approche a l’air sympathique et plutôt ludique en effet : ce sont des explications sur les tableaux qui entourent les œuvres et les dessins ?
    En revanche, sur les exemples que tu postes comme sur ce que j’ai pu en lire ailleurs, je reste insensible au Chat (à la BD comme à l’humour ; un cas désespéré).

    Aimé par 1 personne

    1. Si je prends l’exemple de « La Chaise de Vincent » – 1888, tu trouves trois encarts :
      – une courte biographie de l’artiste
      – l’explication de l’oeuvre
      – l’avis de Geluck, via le Chat…
      L’humour et moi nous sommes visiblement dans le même rapport que l’humour et toi. Désespéré aussi. Idem pour la BD…
      Cela dit, ce qui m’a semblé intéressant dans cet album, c’est son dessein de démystifier les œuvres d’art, de les faire vivre ailleurs que dans les musées et d’en permettre l’accès aux enfants, et à ceux qui ont un rapport plus facile avec l’humour., mais qui ne sont pas forcément amateurs d’art.. Enfin, l’humour de Geluck !

      J'aime

  2. Je ne suis pas très BD non plus (une par an et encore !!!) mais j’ai beaucoup de tendresse pour le Chat et Geluck ! Bien que je les connaisse mal l’un et l’autre… En tous cas comme tu le soulignes, c’est un bon moyen de démythifier l’art « si grand qu’il en devient inaccessible » ! 😉

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai écouté quelques une des interviews qu’il a accordées ; c’est vrai qu’il semble que sa première intention soit didactique.
      Et dans ce cas, cet album est parfait !

      J'aime

  3. C’est évidemment une institution chez nous, à laquelle personne ne s’attaque. Il est pourtant devenu moins vif, moins percutant et moins créatif que durant ces trente dernières années mais peut-on blâmer quelqu’un de vieillir et de devenir moins… qu’avant. Que celui qui ne vieillit pas lui jette la première pierre. Moi, j’ai aimé le Geluck du Jeu des dictionnaires particulièrement et de tous les albums du chat jusqu’il y a deux ans. Et c’est une belle institution !

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne suis pas assez férue en matière Geluckienne, parce que peu, voire pas attirée par la BD, que je ne sais pas lire (images + textes, et mon cerveau ne se connecte que sur l’un ou l’autre).
      Cet album-ci a, pour moi, le mérite de ne pas m’obliger à ce va-et-vient. Ça c’est une chose.
      Mon second argument en faveur de cet album est son approche humoristique des œuvres d’art.
      Et j’éviterai de lui décocher les flèches – d’Annibale Carraci – pour ne pas l’éreinter.

      http://www.ouest-france.fr/sites/default/files/styles/image-640×360/public/2016/02/13/lart-et-le-chat-au-musee-en-herbe.jpg?itok=sp7c1XGz

      J'aime

    1. Oui, très différent de ceux auxquels nous a accoutumés Geluck. Plus « pédagogique  » et plus ludique, peut-être : un moyen de faire découvrir l’art autrement.

      J'aime

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s