Les enfants qui glissent dans nos paroles
comme des points-virgules, savent tout
et se souviennent de notre mal
à dire la vie qui passe et comme l’amour
est difficile. Ils glissent en chantant un doigt léger
dans l’échancrure du monde qui nous couvre
puis s’arrêtent la joue contre l’oreille du chat
avec un visage grave et si vite fermé
qui nous déséquilibre, nous jette hors du temps,
soudain muets comme près d’un puits plein de morts
alors que s’arrondit, margelle de nos jours,
de nos vaines paroles, la pupille du chat.

Guy Goffette, Éloge pour une cuisine de province, 1988
© Poésie/Gallimard, 2013

mois belge

Participation au mois belge d’Anne et Mina
Clic sur le logo pour découvrir le récapitulatif

 

Écri’turbulente sur FB

Revenir à la page d’accueil