Non, ce n’est pas le vent qui frappe à
tes volets, c’est la nuit qui te confie
ce qui la trouble, elle sait que tu
sauras lui donner vie avec tes mots,

la nuit, celle qui naît des flots de
la lumière, celle qui enchante le silence,
la nuit qui tourne dans les cœurs, comme
une comptine fidèle, une ancienne chanson

qu’on répète depuis toujours, la nuit
à qui tu demandes comment le jour
prend racine dans les étoiles , quelle

clarté elle est prête à tisser sur le monde,
quand tu perçois, très loin dans ton corps,
la place d’une flamme amoureuse du vent.

Richard Rognet, Élégies pour le temps de vivre

LOGOPoème choisi pour Les Cahiers de Poésie du Jeudi, compilés par Asphodèle

Richard Rognet, d’autres infos, ici ou .


 Écri’turbulente sur FB

Revenir à la page d’accueil