20160214_161458 marie Uguay

Finitude de chaque île qui dérive
au large occupé de l’avenir
dans les tristes inclinaisons du soir
quand les vents s’acharnent à toutes les portes

L’île saigne de trop d’exodes accumulés
de trop de jours répétés dans l’aveu des lassitudes

Lente retraite des paysages où la mémoire
est la seule attache aux rives décousues du temps

Marie Uguay, Poèmes, (1955-1981)
©Boréal, janvier 2015

Lire la biographie de Marie Uguay

LOGO


Pour les Cahiers des Poésies du jeudi, tenus par Asphodèle,

Ont participé :

1 – Monesille  avec « L’horloge » de Maurice Carême
2. Asphodèle, avec « Le poète tardif » Philippe Jaccottet
3 – Soène avec « Limbes lumineuses » chez Henri Michaux
4 – Valentyne et « La langue verte » de Norge.
5 – Marie, avec « La brise vagabonde » d’André Gide.
6 – Modrone-Eeguab avec « L’éblouissement bleu de l’éclair »  ‘d’Allen Ginsberg.
7 – PatchCath et « Je t’offrirai » de Alain Verdure…
8 – Sharon et Nunzi avec « Roses de Sââdi de Marceline Desbordes-Valmore
9 – LylouAnne,  avec Jean de la Fontaine et « L’homme et son image »,


 Écri’turbulente sur FB

Revenir à la page d’accueil