Sphinxitude 2, Le patient démasqué

Résumé de Sphinxitude 1 : Le Professeur Taurus, illustre psychiatre galactiquement reconnu, a reçu en consultation un étrange individu qui affirme qu’un sphinx lui chatouille les narines toutes les nuits. (à lire ici)….

[…]

Le Professeur Taurus se trouva fort éplapourdi, quand son pas scient (qui en savait bien plus qu’il ne voulait le dire) s’en fut allé. Il fit appel à Mademoiselle Dithyrambe pour qu’elle l’aide à remettre ses émotions dans l’ordre qui sied à l’éminent scient-ifique qu’il était, mais qu’il n’était plus trop certain d’être.

Je pratique assez énergiquement le nihil admirari ; mais je reste tout ébahi et tout pantois devant cette étrange cérémonie.*
– Professeur, cet individu vous a complètement emberlucoqué le raisonnement. Ce singulier personnage a pénétré vos passions et lu dans votre cœur, tandis que chez lui tout était si bien clos qu’il semblait avoir la profondeur immobile d’un sphinx qui sait, voit tout, et ne dit rien.*
– Un sphinx, dites-vous, ma chère ? Peut-être avez-vous raison. Le rictus des mascarons prenait une expression étrange ; deux sphinx casqués, à mamelles de femmes et à oreilles de faunes, paraissaient chuchoter.*  Ce personnage qui s’est intrusé dans mon cabinet serait-il un sphinx ?

La perplexité de Taurus allait croissante telle une lune gibbeuse qui caresse de son éclat une statue thérianthrope.
Cette idée lui remémora une phrase de Joris-Karl Huismans : L’artiste se gaudit de cette collection de nez ; il y avait des pieds de marmites, des nez à retroussis, des nez gibbeux, des pifs épatés et fendus.*

Une collection de nez ?  Celui de son patient, mutilé, avait été au centre de leur entretien ; il affirmait qu’un sphinx le visitait chaque nuit…

– Mademoiselle Dithyrambe, pouvez-vous appeler Monsieur Sfinga, et lui demander son prénom et sa nation d’origine ? J’ai remarqué qu’il parlait du piton, avec un drôle d’accent.

Elle revint rapidement avec les informations : Andro, Monsieur le Professeur. Et il est originaire de Prešporok, en Slovaquie.

– Andro Sfinga… Andro Sfinga…Slovaquie…

Le visage du professeur s’illumina soudain :

– J’ai compris, j’ai dénoué la première énigme ! Mon patient est un Androsphinx, un sphinx à tête d’homme, un lion androcéphale. Sphinx se dit « sfinga » en Slovaque ! Mademoiselle, je pense que nous avons reçu la visite d’un avatar du Sphinx de Gizeh. Voilà pourquoi son appendice nasal est atrophié ! Mais ça n’explique toujours pas ce que vient faire un autre sphinx dans les trous de son organe olfactif, ni qui sont ses cousins….

[…]


Le sens des mots ou locutions « éplapourdi » « nihil admirari« , « emberlucoquer » « mascaron » « gibbeux« , « thérianthrope« , « se gaudir » est dans le dico de l’écrevisse.


* Les phrases en caractères italiques sont des citations – dans l’ordre de leur apparition –  de :

– Edmond About, Le roi des Montagnes, 1857
– Honoré de Balzac, Le Père Goriot, 1835
– Victor Hugo, Le Rhin, 1842
– Joris-Karl Huismans, Marthe, histoire d’une fille, 1876


©Martine – 30/01/2016
Écrit pour l’agenda ironique de Rx Bodo, le maître de ces lieux

 Écri’turbulente sur FB

Revenir à la page d’accueil

14 commentaires

  1. Ah, mais, ah mais le sphinx de giseh n’a aucune parenté avec le sphinx qui a posé la question à Oedipe, pardon ! D’abord celui d’Oedipe était une fifille, avec des nénés comme ça (geste ) et ensuite C’est la fille de d’Orthos et Echidna envoyé par Héra en Beotie pour venger Laios. Elle s’amuse à terroriser les populations en attendant que quelqu’un (ce pauvre oedipe) trouve la solution pour son malheur il a perdu une occasion de se taire !
    Tandis que le sphinx égyptien est une union entre Râ et le pharaon.
    Pour le sphinx qui grattouille le nez de ton protégé, ce pourrait être un papillon ca se niche partout ces bestiaux, il te faut allumer une lumière devant les naseaux ça devrait l’attirer ;
    Bises énigmées

    J'aime

  2. Coucou Martine,
    Je viens de lire la suite et du nez cassé comparé à celui de Cléopâtre m’a bien fait rire 😀
    J’attends donc la suite avec impatience 🙂
    Vos délires jusqu’à présent ne me laissent pas trop sur le carreau, du moins pour ceux que j’ai lus 😉
    Je picore…Je picore dans les blogs 😉
    Bises.

    Aimé par 1 personne

  3. Hi hi je savais bien que c’était celui de Gizeh ou son clone slovaque (ça, ça doit être pure invention de ta part ! 😆 ) ! Bah dis donc nous ne sommes pas encore en février et ce sphynx déchaîne déjà les passions, que va-t-il vous rester quand février demain arrivera, pauvres agendiens de l’ironie emberlificotée d’énigmes ??? 😆 On se le demande ! Bravo pour ton inspiration très fouillée et pour les insertions de phrases célèbres, tu brilles de mille feux ma Tine, la sphynxitude te va trèèès bien ! 😆 Quand à la bestiole qui s’agite, j’ai une petite idée…mais je ne dirai rien ici ! Hé hé ! 😉 Bisous♥

    Aimé par 2 personnes

  4. Comme dirait Obélix, « De la-haut, il doit y avoir une belle vue ».
    Mais l’énigme olfactive s’opacifie, et les cousins sont toujours non identifiés.
    Ton histoire nous mène par le bout du nez, c’est très fort. 😀

    Aimé par 1 personne

    1. Des « CNI », alors 😉
      Je publierai prochainement un billet sur les « cousins »… Mais la véritable énigme est « Quel est ce sphinx qui chatouille et grattouille le museau d’androsphinx, ici présenté ? »… La réponse ne sera donnée que le 26 février, à 00 h 01
      😀

      Aimé par 2 personnes

Répondre à Anne de Louvain-la-Neuve Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s