Résumé de Sphinxitude 1 : Le Professeur Taurus, illustre psychiatre galactiquement reconnu, a reçu en consultation un étrange individu qui affirme qu’un sphinx lui chatouille les narines toutes les nuits. (à lire ici)….

[…]

Le Professeur Taurus se trouva fort éplapourdi, quand son pas scient (qui en savait bien plus qu’il ne voulait le dire) s’en fut allé. Il fit appel à Mademoiselle Dithyrambe pour qu’elle l’aide à remettre ses émotions dans l’ordre qui sied à l’éminent scient-ifique qu’il était, mais qu’il n’était plus trop certain d’être.

Je pratique assez énergiquement le nihil admirari ; mais je reste tout ébahi et tout pantois devant cette étrange cérémonie.*
– Professeur, cet individu vous a complètement emberlucoqué le raisonnement. Ce singulier personnage a pénétré vos passions et lu dans votre cœur, tandis que chez lui tout était si bien clos qu’il semblait avoir la profondeur immobile d’un sphinx qui sait, voit tout, et ne dit rien.*
– Un sphinx, dites-vous, ma chère ? Peut-être avez-vous raison. Le rictus des mascarons prenait une expression étrange ; deux sphinx casqués, à mamelles de femmes et à oreilles de faunes, paraissaient chuchoter.*  Ce personnage qui s’est intrusé dans mon cabinet serait-il un sphinx ?

La perplexité de Taurus allait croissante telle une lune gibbeuse qui caresse de son éclat une statue thérianthrope.
Cette idée lui remémora une phrase de Joris-Karl Huismans : L’artiste se gaudit de cette collection de nez ; il y avait des pieds de marmites, des nez à retroussis, des nez gibbeux, des pifs épatés et fendus.*

Une collection de nez ?  Celui de son patient, mutilé, avait été au centre de leur entretien ; il affirmait qu’un sphinx le visitait chaque nuit…

– Mademoiselle Dithyrambe, pouvez-vous appeler Monsieur Sfinga, et lui demander son prénom et sa nation d’origine ? J’ai remarqué qu’il parlait du piton, avec un drôle d’accent.

Elle revint rapidement avec les informations : Andro, Monsieur le Professeur. Et il est originaire de Prešporok, en Slovaquie.

– Andro Sfinga… Andro Sfinga…Slovaquie…

Le visage du professeur s’illumina soudain :

– J’ai compris, j’ai dénoué la première énigme ! Mon patient est un Androsphinx, un sphinx à tête d’homme, un lion androcéphale. Sphinx se dit « sfinga » en Slovaque ! Mademoiselle, je pense que nous avons reçu la visite d’un avatar du Sphinx de Gizeh. Voilà pourquoi son appendice nasal est atrophié ! Mais ça n’explique toujours pas ce que vient faire un autre sphinx dans les trous de son organe olfactif, ni qui sont ses cousins….

[…]


Le sens des mots ou locutions « éplapourdi » « nihil admirari« , « emberlucoquer » « mascaron » « gibbeux« , « thérianthrope« , « se gaudir » est dans le dico de l’écrevisse.


* Les phrases en caractères italiques sont des citations – dans l’ordre de leur apparition –  de :

– Edmond About, Le roi des Montagnes, 1857
– Honoré de Balzac, Le Père Goriot, 1835
– Victor Hugo, Le Rhin, 1842
– Joris-Karl Huismans, Marthe, histoire d’une fille, 1876


©Martine – 30/01/2016
Écrit pour l’agenda ironique de Rx Bodo, le maître de ces lieux

 Écri’turbulente sur FB

Revenir à la page d’accueil