Sphinxitude 1, Une étrange consultation

Une étrange consultation

Le professeur Taurus compulsa son agenda pour connaître le nom de son futur consultant. Sa secrétaire, Mademoiselle Dithyrambe, avait inscrit « Monsieur Sfinga ».

Il demanda à son assistante de faire entrer le patient.

La silhouette qui se profila à l’entrée de son cabinet le cloua sur place, mais, conservant sa dignité de thérapeute, il s’efforça de rester de marbre. Comme son vis-à-vis, au demeurant.

– Où vais-je donc l’installer ? Mon divan va ployer sous sa masse !
– Ne vous inquiétez pas pour moi ! J’ai l’habitude de ne pas m’asseoir, ni de m’allonger. Ça fait plus de 4 500 ans que je demeure dans la position que, perplexe, vous contemplez en ce moment.

L’éminent Professeur n’était pas très loin de perdre son latin.

– Révisez vos classiques, très cher. C’est en chamito-sémitique que nous devrions échanger ! Les Romains n’étaient que des scurriles culs de plomb.

Le personnage semblait lire dans les pensées du médecin qui n’avait pas encore proféré un mot.

– Bon sang, c’est moi qui d’ordinaire décrypte les élucubrations internes de mes patients ! Celui-ci a l’œil perçant !
– Ah non ! Vous n’allez pas me prendre pour mon cousin Hiéraco! Quelle horrible méprise !

Le psychiatre décida de prendre le taureau par les cornes, mais l’autre lui en coupa immédiatement l’idée :

– Et voilà que, de peu, vous me confondiez avec mon autre cousin Crio!

– Bien. Allons au fait. Que puis-je pour vous ? réussit à proférer le psychiatre.
– Voilà. J’ai un très grave problème relationnel avec un sphinx qui toutes les nuits pénètre mes orifices nasaux. Et toutes les nuits, je dois me retenir d’éternuer pour que ma contexture ne s’effrite pas. Les touristes, voyez-vous, me fuiraient.

Le spécialiste se sentit revivre : il pouvait enfin mettre une étiquette sur l’étrange individu. Il avait affaire à un guide touristique mégalomane, traumatisé par une très apparente, mais visiblement très ancienne, fracture du nez.

– Je vois. Dites m’en davantage sur cette sensation qui vous envahit toutes les nuits.
– Ah mais ce n’est pas une sensation, c’est une réalité ! Dès que tombe le jour, ce sphinx vient titiller mes cavités nasales ; il entre, il sort… il entre, il sort… me chatouille avec ses ailes. Non non, ce n’est pas un papillon, ni un oiseau !  Ça me donne envie de m’ébrouer ; mais vous comprendrez que dans ma position, c’est absolument impossible ! Mon pays compte sur moi ; si je me disloque, plus de livres dans les caisses !

Mentalement, le Professeur récapitulait ses connaissances : un homme au nez cassé (un ancien boxeur ?). Imbu de lui-même (« ma position » ; « mon pays compte sur moi »). Persécuté par une chimère (si ça n’est pas un papillon ou un oiseau, ça ne vole pas un sphinx). Les pièces du puzzle commençaient à s’assembler : il en restait une, cependant, qui l’interrogeait : des livres qui disparaîtraient ? Mais son interlocuteur reprit la parole.

– Qui suis-je ?
– Qui sont mes cousins ?
– Qui est ce sphinx qui m’asticote les narines ?
– Et quelles sont nos particularités respectives ?

Taurus, complètement abasourdi, se racla la gorge.

– Ne vous emballez pas dans du papier à fleurs. Vous avez, cher Monsieur, jusqu’au vingt-six du mois second, pour fournir les réponses. Mais ce n’est pas à moi que vous les donnerez ; je serai déjà retourné dans mon pays. Contactez de ma part mon ami Bodo, le maître de ces lieux. Il comprendra et vous réservera un accueil des plus chaleureux.


Le sens des mots « contexture » « scurrile » et « cul de plomb » se trouvent dans le dico de l’écrevisse.

Illustration : Salvador DALI, (Remords), Sphinx enlisé dans le sable, 1931

L’identité du patient dévoilée, ici


©Martine – 28/01/2016
Écrit pour l’agenda ironique du maître de ces lieux

 Écri’turbulente sur FB

Revenir à la page d’accueil

31 réflexions sur “Sphinxitude 1, Une étrange consultation

  1. Il y a le chat Bastet je crois qui est un sphynx aussi , il est allergique au poil de chat ton bestiau ! Mais ça n’a pas d’aile ces sphynx-là ! alors je sèche !

    J'aime

  2. Cher professeur Taurus
    Je vous sais spécialiste en énigmes en tous genres; mais voilà que le cas de ce patient vous donne du fil à retordre. Serait-ce que vous ne connaitriez pas les causes profondes d’un banal rhume de cerveau ?
    Je ne vous remercie pas au nom de tous les arbres sacrifiés, pour la fabrication des mouchoirs en papier.
    Présentement, la préposée à la publicité positive pour la préservation préventive des peuplements et des populations des forêts..
    Potentille des Peupliers

    Aimé par 2 people

    1. Chère Madame Potentille des Peupliers,
      Un sphinx a-t-il déjà pénétré votre orifice nasal ? Le cas échéant, il me serait bien agréable de savoir comment vous avez réussi à ne pas éternuer ! En outre, pouvez-vous me confirmer que le dit sphingidé est porteur du rhumovirus ? Vous me seriez d’une grande aide dans la compréhension du mal qui mine, de plomb, mon patient (jusqu’à preuve du contraire, il ne souffre pas de saturnisme).
      Quant à sa consommation de mouchoirs en papier, ma très chère amie, il me semble qu’elle soit nulle : son gabarit m’incite à penser que des draps de lit 240×280 sont beaucoup plus adaptés. Et que je sache, ce genre d’article n’existe pas en cellulose.
      Vous pouvez donc être rassurée, Madame Potd’lentilles, vos arbres n’auront pas à souffrir !
      Bien à vous, très chère !
      J’attends votre réponse avec impatience.
      Professeur Taurus

      Aimé par 1 personne

  3. Quelle verve et quelle forme pour le professeur Taurus 🙂
    Une aventure qui m’a bien fait rire 🙂
    J’ai connu un Sphinx qui s’appelait frangynx … Il habitait en Martinique …
    Peut être est ce lui la cause de ce problème nasal …
    Une photo de ce sphinx adulte et plus jeune sur mon ancien blog ici http://l-echo-des-ecuries.over-blog.com/article-tout-ce-que-vous-avez-toujours-voulu-savoir-sur-111644308.html
    Bisesss Martine 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Toujours avoir une boite de mouchoirs en papier dans un bureau de consultation. Pour se moucher, c’est mieux qu’avec les pattes pour un sphinx. J’ai adoré la scène de l’entrée en matière, vu la taille du consultant, et puis toutes les déclinaisons de sphinx que j’ai découverts au fur et à mesure. Et puis, et puis, tellement bien tellement tout.
    Ce mois ci, je me sens insipide à côté. C’est l’jeu, et j’y concoure sans vergonde.
    Et puis ce chamito-sémitique me laisse perplexe. C’est un langage étrange et pénétrant appelé de façon plus descriptive langage afro-asiatique d’après le dictionnaire.

    J'aime

    1. L’insipidité n’est pas de mise au pays sphingidé. Chaque mot participe à la rédaction d’une énigme que la Fée Vrillée aura tôt ou tard à résoudre, le 26 pour être plus claire.

      Aimé par 1 personne

  5. Tu m’as ruiné les méninges ! 😆 Pas pour le vocabulaire je te rassure ! C’est quoi encore cette histoire de sphynx de l’Agenda ? Je n’y comprendrais jamais rien à cet agenda ! Bon dis donc toi tu brouilles les pistes Professeur Sherlockus ! 😆 Le Sphynx (au départ c’est une fille d’ailleurs, une sphinge, d’où ton Mr Sphinga ?). Ensuite le chamito-sémitique, donc ça nous ramène à l’Egypte et les livres, ne seraient-ce pas la monnaies, ramener des livres « dans les caisses », sonnantes et trébuchantes ? Donc le Sphynx de la Grande Pyramide qui attire moults touristes ? Et qui a effectivement, il me semble (je ne l’ai pas revu depuis 1997 😆 ) un nez écrasé ? Warf Ma Tine, tu me tues, tu me tues !!! Bisous !

    Aimé par 1 personne

      1. Ha y’a de l’idée…bon…j’attendrai ! Je suis allée voir, j’ai lu le « patteux de l’encrier » et je suis scotchée par vos textes ! Je vais me régaler ! Mais alors ça ne m’inspire pas du tout ou plutôt…pas ironiquement ! Donc je vais m’abstenir ce mois-ci, ça me met trop de pression ! Ou si ça vient tout seul et que j’ai envie de creuser ! 😉 Mais toi ton texte est génial ! Un psy qui analyse un sphynx qui en fait a un problème ORL, mouhaha ! Je suis sciée ! Bravo ma Tine ! ;)♥

        Aimé par 1 personne

  6. Oh, là, là : ça craint grave ! V’là qu’ça commence avec du lourd dingue. Mais comment va-t-on, tontaine, s’en tire ainsi et sans les vers du nez. Elle y va fort, l’écrevisse. Pour les réponses : je propose déjà et pour commencer la bibliothèque d’Alexandrie, ni plus, ni moins. Tant pis si c’est pas ça. L’essentiel, c’est de participer. Na.

    Aimé par 2 people

  7. « Pour les réponses, voyez Rx Bobo ! » Joli retour à l’envoyeur /mise en abyme 🙂
    Et faut vraiment qu’on trouve nous-même ou c’est une astuce narrativo-fictionnelle et tu nous concoctes la suite ?
    Et les livres qui disparaissent font-ils référence à une enquête menée par la commissaire Valentyne à l’instigation de Monsieur Pattencrée ?
    Et … ?
    la suite !!!

    Aimé par 2 people

    1. Bien sûr qu’il faut trouver les réponses 🙂 Non, non, je ne concocte pas de suite 😉 Quant aux livres… ils font partie de l’énigme, c’est un « indice »…
      Allez ! pas de procrastination, Carnet ! Je t’invite à sphinxer avec le Professeur Taurus 😉

      J'aime

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s