Saccage de l’écriture

Les barbares sont sortis des caves, des égouts, des écoutilles,
avec des crocs d’acier, des cris de bête.
Les bibliothèques brûlent.
Désaffectés, les musées sont dépotoirs de merde et de ferraille.
Dans les pages profanées du poème, on vend des frites.
On décapite les diseurs d’amour.
Sur la ville rage une neige noire.

Sur la cendre et le sang
un mage aveugle trace du bout de son bâton
les derniers signes d’un alphabet des ombres.

Jean Joubert,
L’alphabet des ombres

Éditions Bruno Doucey, février 2014

 


Écri’turbulente sur FB

 

Revenir à la page d’accueil