Silence

Éclaire ta charrue
et comme jadis
dans les terres d’enfance
trace ton sillon droit
sous le regard complice des étoiles.

Le grain semé
sous la pluie et le vent
dans la douleur et l’espérance
donna moisson, épousailles
et louange.

L’âge venu,
toujours la lune veille et te protège,
toi, laboureur des mots,
à la lisière de la nuit.

Entends
dans le lacis des chênes tutélaires
le chant nocturne,
l’éloge de l’oiseau.

 

Jean Joubert,
L’alphabet des ombres

Éditions Bruno Doucey, février 2014


 Écri’turbulente sur FB

 

Revenir à la page d’accueil