Onirique

Le ciel craque et se fend.
Un feu brutal fusille la forêt.
Dans des cavernes grises
gisent les cendres des dieux morts.

Mais une foudre rousse
bondit de feuille en feuille
avec des rages de renarde.

Enfin c’est une fille échevelée,
déshabillée par la tourmente
qui s’affole, s’acharne,
frappe à la porte du miroir.

Voyez comme, dans l’âge,
les nuits trouées du solitaire
se peuplent d’énigmatiques images.

Jean Joubert,
L’alphabet des ombres

Éditions Bruno Doucey, février 2014


 Écri’turbulente sur FB

 

Revenir à la page d’accueil