Ne te retourne pas

Ne te retourne pas !
Si tu te retournes et la vois
celle qui te suit,
la tant aimée,
elle meurt
et toi aussi tu meurs.
Cela, tu le sais.

Alors
ne te retourne pas,
marche sur ce chemin qui monte
entre les ombres périlleuses.

Dans le doute parfois tu te demandes
si c’est bien elle qui te suit,
puis, le silence étant venu,
si tu n’es pas seul à marcher
sur ce chemin sans cesse plus étroit.

Marche pourtant, ne te retourne pas.
L’ordre de fut donné.
Marche.
La nuit s’avance.
Au Nord, sur une cime
vacille l’unique étoile.

Jean Joubert,
L’alphabet des Ombres,

Éditions Bruno Doucey, février 2014