Débriefing du Professeur Taurus

Mes chères consœurs, mes chers confrères,

Je ne saurais trop vous remercier d’avoir accepté mon invitation à me rejoindre pour  le symposium de cette heure troisième du jour trentième du mois onzième de l’an quinzième. Nous voici ici – ou là, si vous préférez – réunis pour conclure une aventure opusculatoire qui nous a beaucoup occupés pendant vingt-cinq jours.

Je ne saurais trop vous remercier d’avoir mis vos neurones en ébullition, en fermentation, en effervescence et parfois en délire, en inspiration, en rêverie, pour mener à bien mon extravagant dessein.

Nous fûmes huit à croiser la plume en toute cordialité. Huit aussi – les mêmes – à opiner de l’encéphale, à dodeliner des zygomatiques,  à la lecture des élucubrations des uns et des autres ; huit à introniser dans notre Ford intérieure le soliloque – lui aussi intérieur – de celle ou celui de nos challengers qui nous a le plus épanoui la rate. Un clic sur chacune de ces images vous conduira sur la page d’accueil du site de nos collaborateurs.

  ANNE DE LOUVAIN LA NEUVE          BODOBLOG          CARNETS PARESSEUX

JOBOUGON L'IMPERMANENCE

MONESILLE

MOTS AUTOGRAPHES                              UNE PATTE DANS L'ENCRIER

Vous savez que ce défi n’a aucune vocation belliciste, qu’il n’est conçu que pour notre « soulas », comme disait, ici, mon ami Paul. Mais puisqu’il le faut, je vous invite à vous rendre dans cette salle, pour prendre connaissance des scores obtenus par nos narrations affabulatrices.

J’ai aussi l’honneur et le plaisir de remettre l’agenda ironique du mois suivant à l’une ou l’autre d’entre vous. Deux commentaires ont particulièrement retenus notre attention et provoqué nos gloussements. Il revient donc à Monesille – dont nous attendons la collaboration depuis de nombreux mois – et à 1 Patte dans l’encrier de s’entendre sur ce sujet.

Une nouvelle fois, merci, chères consœurs et chers confrères. Je reste votre dévoué.

Professeur Taurus

26 réflexions sur “Débriefing du Professeur Taurus

  1. Et félicitations aux vainqueurs, vaincrisses, vainqueresses, que sais-je!
    Ce mois onzième en a eu besoin, et que continuent écritures turbulentes, mille pattes noctambules, dodo poétiste légendaire, monesille animalesque, jobougon bougonnante ardemment, anne novellienne de louvain, notre français migrateur londonien, et tous ceux qui s’invitent, s’inviteront, de passage ou de longue durée sur ces agendas vivant en partages ironiques, joyeux lurons, scribes assidus, apprentis, écrivains étonnés, enchantés, endiablés, émus, en ajoutant un e pour les écrivaines, à tous ces adjectifs.
    Vive ce bout de l’an pré-hivernal.

    Aimé par 1 personne

  2. Ben, trop paresseux pour répondre à chacun des brins d’ironie et de jovialité qui pointent dans les différents commentaires, je dirais juste que je suis ravi et toujours joyeusement étonné de voir l’agenda ironique passer les mois avec toujours autant de fantaisies et d’invention, que je suis (idem, ravi et épaté) des trouvailles des hôtes(sses) et des joueures mois après mois…
    Et donc merci Martine pour cette édition de novembre qui sauve un peu ce mois particulièrement moisi cette année, et vive la petite bande d’hurluberlu(e)s des agendistes.
    j’ajoute que s’il est possible de truquer les scrutins, je suis partant pour être l’hôte de janvier 🙂

    Aimé par 2 people

  3. Les commentaires de Dame Monesille-Camomille sont toujours savoureux malgré l’absence de tisane qu’elle distille dans son alambic à poésie ! Enfin, quoique, à propos d’alambic, ce dernier irait bien mieux dans la cave du Professeur Taurus qui nous tourneboule les mots en tous sens, nous entortille des sujets machiavéliques… 😆 bref c’était une parenthèse ! Bravo ma Tine, j’eus été incapable de voter, mon coeur balançait trop entre trois textes ! Bises vespérales et un clin d’oeil à Monesille (sans la faire tomber de son siège) qui clique depuis son lieu de travail (c’est moche quand même !!!), bisous Ô ma Camomille printanière ! 😀

    Aimé par 2 people

    1. Comment donc, mon amie ? Vous m’en direz tant ! C’est la camomille qui provoque ces effets hallucinogènes complètement ironiques que nous distille Dame Monesille avec tant de virtuosité ?
      Je vais de ce pas – de souris – quérir cette potion magique qui m’aidera peut-être à relever le défi que la gente dame pré-citée est sans doute déjà en train de concocter. D’autant que, si j’en crois la langue médisante du Dodo sans plume, elle a pris tout son temps !

      Aimé par 1 personne

    2. Mais que nenni très chère Dame Asphodèle, je me vois mal cliquer d’une voiture ! Ayant fin fini ma déformation, je suis quelques jours en repos, ce qui me donne le temps et le plaisir de venir papoter infusions et Verselaine !

      Aimé par 1 personne

      1. Votre déformation n’était donc point naturelle ma Dame ? 😆 Contente de vous savoir accoudée à votre fenestrelle, le hennin amidonné pour versicoter (et asticoter) avec les pauvres hères que nous sommes !!! Pour ma part, je reprendrais ben un peu de Verlaine tout court ! Bises, ça délire dès le matin mon Dieu !!! 😀

        Aimé par 1 personne

  4. Ce Paul Merveille, quel versifitricoteur de doucelaine.
    Félicitations à nos deux champions du commentaire qui, du murmure à tacheter d’encre avec des pinces (d’écrevisse ?) à la crotte de chien collée sur le talon rétractable de l’escarpin bleu du dimanche matin, ont réussi sans dictât à atteindre la ligne d’arrivée simultanément.
    Héhé ! Qu’est-qu’ils vont nous cuisiner pour décembre ? Je ne sais pas pourquoi mais je sens que nous n’allons pas être déçus.

    Aimé par 2 people

    1. Personnellement, j’apprécie une spécialité Iséroise délectable : le poulet aux écrevisses. Je possède donc l’écrevisse, je charge alors les « deux champions du commentaire » de dégoter un poulet. Ce qui, tout le monde le sait, ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval ferré d’une chaussure bleue !

      Aimé par 2 people

  5. Cher professeur Taurus, je guettais au coin de mon ordinateur l’apparition hautement émouvante de votre prose nous révélant les tenants et les aboutissants de ce challenge du mois onzième ! Je m’aperçois que dans votre grande et magnanime modestie vous omettez de citer le principal gagnant* de cette disputation hautement ironique que fut cette édition menée de maître malgré les événements : *c’est à dire vous ! Je viens donc la bouche en coeur vous adresser toutes mes félicitations d’avoir réussi à nous faire rire en des temps qui ne s’y prêtaient guère et je m’en vais de ce clavier m’entretenir avec la patte de ce qui adviendra le mois suivant votre éminente présidence.

    Aimé par 4 people

    1. Chère consœur et amie,
      J’aime le cœur que dessine votre bouche et vous remercie infiniment de l’avoir façonné. Ce fut, en dépit des funestes événements dont vous parlez et que nous n’oublierons pas, un grand plaisir pour moi que d’animer cet agenda du mois onzième. Je ne mérite nullement la qualité de gagnant ; je vous suis cependant reconnaissant de me l’avoir attribuée.
      Le mois prochain vous appartient : j’espère que ma plume sera gouailleuse et féconde, sous votre houlette.
      Pour vous plaire,
      Votre dévoué Professeur Taurus.

      Aimé par 1 personne

      1. Chère amie et consœur, parlant du titre très honorable de vainqueuse, ce n’est pas moi qui vous l’ai attribué mais bien les votes impartiaux de vos pairs en la matière de plumes féconde.
        Quant à la possible possession du mois prochain, je ne voudrais pas marcher sur les plates bandes d’une patte en maraude, j’essaie de le contacter pour essayer de voir s’il m’en laisse la jouissance qui serait; je n’en doute pas, extrême.

        Aimé par 2 people

        1. Chères amies et consoeurs, lectrices-teurs, pyromaniaques du clavier et autres saltimbanques de la rime, ce n’est pas sans un plaisir assumé que je volontiers laisse à Monesille place et inspiration pour mener de main de maîtresse l’agenda ironique de Décembre… Étant chat-renne à mes heures d’hiver, je me vois dans l’obligation d’occuper mes temps et heures de ces 23 jours à venir à répétitions multiples et entraînements drastiques pour un trajet d’une nuit qui ne se fait pas en un jour… D’habitude… Je ne peux en dire plus, je suis tenu au secret par contrat ! Me croiriez-vous si je pouvais toucher mot ?
          Je peux seulement dire que certains barbus ont un coeur immense !!!!
          Je participerai bien sûr entre deux courses dans les nuages et suis dès à présent impatient de connaître le sujet de nos futures aventures.

          Aimé par 3 people

          1. Je crois pouvoir déceler dans ce commentaire l’orientation prochaine et éphémère du Chat qui va devoir sortir sa patte de l’encrier, pour la poser avec délicatesse sur la nordique banquise, précieusement parée de son écharpe de nuages.
            Ne sois pas trop indiscret, cependant !
            Les nuages ont été inventés par les anges pour qu’on ne puisse pas regarder chez eux !

            Aimé par 1 personne

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s