Jean Joubert nous a quittés aujourd’hui, 28 novembre 2015, il avait 87 ans. Je l’avais rencontré, au Marché de la Poésie, en 2014. Je me souviens combien j’étais intimidée devant ce grand poète ; mais j’ignorais encore la force de ses mots. Et ce n’est qu’après avoir quitté le stand des Éditions Bruno Doucey où il recevait, affable et bienveillant, que j’ai compris que sa poésie était entrée dans ma vie et qu’elle siégerait désormais aux côtés des plus grands.

Jean Joubert, 1928 – 28 novembre 2015

 

Ne cherche désormais
ni barque ni rivage
ni rêve d’aventure
mais seulement
au creux des monts
un monde clos
où le présent roucoule.

Les mots lissent leurs ailes,
ils s’éprennent du vent
qui, sur les cimes, caracolent.

Et toi, l’ancêtre, l’immobile,
tu leur confies avant l’envol
l’empreinte de ta grâce obscure.

Qu’ailleurs ils trouvent
terre d’accueil,
oreilles vives,
cœurs complices,
et qu’alors ils t’oublient,
tes messagers.

Jean Joubert, 
L’alphabet des Ombres, Silences III

Éditions Bruno Doucey, février 2014