wp-1448560081572.jpeg

Décidément, ce sont les ouvrages de littérature-jeunesse qui servent d’appui à mes ratiocinations turbulentes. Après Érik Orsenna, voici Didier Jean et Zad qui illustrent mon propos.

Les histoires de loups, les enfants en raffolent, c’est bien connu ! Surtout quand d’innocentes victimes leur tombent sous la dent, et surtout quand elles sont candides au point de penser que ça n’arrive qu’aux autres.

Imaginez, là, paisiblement paissant, un troupeau d’ovins tout ce qu’il y a de plus banal. Y’en a de toutes les couleurs (enfin ils sont plutôt globalement blancs, sauf un), de toutes les formes (enfin ils sont plutôt globalement en bonne santé, sauf quelques fragilités ici ou là), des familles monoparentales (enfin, une petite mère qui élève seule ses bambins), quelques forts en gueule (enfin, un mec qui assure qu’il veille sur tout le monde)… bref, une société « normale », comme certains affirment ou ont affirmé l’être.

Et puis, ya le petit,
çui qui a mal au dos
à force de courber l’échine.
Faut vous dire, Monsieur, que chez ces gens-là,
on n’pense pas, Monsieur, on n’pense pas !
On broute !

wp-1448560227922.jpeg

Et puis, et puis ya le loup,
çui qui a de grandes dents
et un gros appétit, Monsieur
un gros appétit.
Faut vous dire, Monsieur, que chez ces gens-là,
on n’discute pas, Monsieur, on n’discute pas !
On tue !

J’entendais ce matin, sur le marché, le fromager s’esclaffer : « à neuf types, ils ont réussi à bloquer tout Paris et Bruxelles ». J’ai plongé le nez dans mon pot de crème fraîche, pendant que Jacques, le Belge, me susurrait :

Chez ces gens-là, Madame,
on n’réfléchit pas, Madame,
on n’réfléchit pas !
On jabote !

Mais il est tard, Madame,
Il faut que je rentre
chez moi

Parce que chez moi,
dans ma petite maison
mon p’tit ordinateur,
ma cuisine intégrée,
et ma petite auto,
ya pas d’terroristes, Madame,
ya pas d’terroristes,
y sont rien qu’chez les autres
Et les autres je m’en fous
Parce que moi, ces connards,
j’vais leur foutre sur la gueule, moi !

Enfin une autre fois, Madame,
enfin une autre fois.
Parce que vous voyez, Madame
chez moi je suis tranquille.

Bon, ce n’est pas tout à fait comme ça qu’il disait, Grand Jacques le Belge, mais l’idée y est. La mienne en tout cas !

Post Scriptum

wp-1448560338983.jpeg

La tête, l’agneau a levé. La réaction, l’agneau a organisé. Le loup, le troupeau a terrassé.

Didier Jean & Zad,
L’agneau qui ne voulait pas être un mouton

Amnesty International & Syros éditions, 2004


© Martine – 26 novembre 2015 

 Écri’turbulente sur FB

 

Revenir à la page d’accueil