Monesille a suivi Fatima dans un village au bord d’un fleuve. Et c’est une berceuse d’Amour qui clôt le voyage.

monesille

Comment ne penser à rien ?

J’ai un peu hésité vu les événements à publier ce texte. Mais je ne suis pas d’accord pour m’arrêter ! Arrêter de d’aimer, arrêter de lire, arrêter d’écrire, arrêter de rêver, arrêter de plaisanter, pourquoi ne pas arrêter de vivre ? Je ne serai pas là cette semaine, je programme donc ma participation à l’agenda ironique pour le 17 afin respecter les trois jours de deuils national et la douleur des familles. Et je vous embrasse tous, noirs, blancs, arabes, jaune, bleus, jeunes, vieux, catholiques, musulmans, juifs, je m’en fiche un peu ! Du moment que vous ne faites pas la guerre.

Pour la valeur de l’exemple, il serait quand même temps de changer les paroles de la marseillaise :  un sang impur, quelle horreur que ces mots.




370616563[1]

Nous voilà bien ! 3 heures tapantes, et de la page blanche entraperçue un instant sur le blog de Martine s’éleva une…

Voir l’article original 623 mots de plus