Mémoire du 13 novembre 2015 : Henri Michaux

2015-11-14 BOUGIES ATTENTAT
Hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015

Chant douzième

En ce temps-là, un grand pays se trouva comme un pays petit.

Un accident de lutte l’ayant mis à terre en un instant, il se tenait coi à présent, jetant les yeux à gauche, à droite, il semblait demander la permission.

En ce temps-là, celui qui avait jeté tant de lumière fut en grande obscurité.

Ce pays alors beaucoup nous affligea et lui fort affligé aussi, mais surtout penaud d’être si amoindri et prisonnier et sa chaîne si courte et si tendue.

Les autres pays, stupéfaits, considéraient celui qui, par son soleil les avait si longtemps forcés à lever la tête.

Mais ils ne se réjouissaient pas, même les envieux.

Ce ratatinement si rapide les angoissait.

Henri Michaux
Épreuves, exorcismes – 1940-1944

Gallimard-Poésie (septembre 2014)

4 réflexions sur “Mémoire du 13 novembre 2015 : Henri Michaux

  1. Sans doute, à cause de la guerre, au moment où il écrivait ces mots.
    Je trouve qu’ils devraient nous inciter (et inciter nos gouvernants) à davantage de modestie…

    J'aime

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s