Anne, quelques jours après Halloween, a rencontré un spectre écossais absolument délicieux et particulièrement coquin. Il dit qu’il « ne pense pas »… mais j’ai quand même un doute. J’aimerais votre avis…

Anne de Louvain-la-Neuve

370616563[1]

Quand penser à vous suffit amplement à me bourrer le mou. C’est tout de même un comble pour un fantôme dont le crâne sonne creux, teinte à vide et percute sans son, mais pas Dalida, et percussionne ce rien que l’on dit du grand tout. Comment ne penser à rien quand tout me ramène à vous ? Quand ce rien du là-haut m’entraine vers l’en bas, squelette du dedans vers vos corps chair, ardents. Je ne suis qu’un spectre, certes, mais l’ennui profond de mon éternité n’en finit pas de me peser sans pesanteur dans mon néant, pourtant pas si blafard.

View original post 766 mots de plus