Une patte dans l’encrier nous conduit dans une étrange bibliothèque dans laquelle on « se retrouve à chaque fois que l’on est perdu ». C’est un lieu dans lequel, tel qu’il est décrit, j’aimerais aller « me retrouver » tous les jours, à 3 heures sonnantes !

Une patte dans l'encrier

Martine, faisant fi des derniers beaux jours, plutôt que de se prélasser en compagnie de ses chaussures bleues au soleil, à préféré s’acquitter de la tâche d’engendrer l’agenda ironique de Novembre et, de cela, pour notre cause, je la remercie… D’autant qu’elle a livré un sujet qui me semble inspirant… Mais, de cela, vous serez juge… Serai-je coupable ? L’avenir…

« En un certain village d’Écosse, on vend des livres avec une page blanche glissée au milieu des autres. Si un lecteur débouche sur cette page quand sonnent trois heures………» Julio Cortázar, Cronopes et Fameux, 1993

Ma première page blanche

Jeune, je les domptais, les ravageais, les califourchenjambais avec l’outrecuidance et l’insouciance jalonnant ma primeur d’âme, je les bravais, de haut en bas, de droite à gauche, sans coup férir, sans crainte ressentie, griffonnant inlassablement de ma patte confiante jusqu’à ce que nulle place ne demeure.

Un soir, devant le…

View original post 1 229 mots de plus