Dimanche en poésie : Nâzim Hikmet

LA GRANDE HUMANITÉ

La grande humanité voyage sur le pont des navires

Dans les trains en troisième classe
Sur les routes à pied
La grande humanité

La grande humanité va au travail à huit ans

Elle se marie à vingt
Meurt à quarante
La grande humanité

Le pain suffit à tous sauf à la grande humanité

Le riz aussi
Le sucre aussi
Le tissu aussi
Le livre aussi

Cela suffit à tous sauf à la grande humanité

Il n’y a pas d’ombre sur la terre de la grande humanité

Pas de lanternes dans ses rues
Pas de vitres à ses fenêtres

Mais elle a son espoir la grande humanité

On ne peut vivre sans espoir.

Nâzim Hikmet
Tachkent, 7 octobre 1958

8 commentaires

  1. Le riz, le sucre, le tissu, le livre…les besoins fondamentaux des hommes.
    Quand seront-ils enfin assurés à tous ?
    Garder espoir, bien sûr, même s’il est mince de voir un jour les hommes arrêter de se faire mal.
    Bisous dominicaux
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Aimé par 1 personne

Un truc à me dire ? N'hésitez pas, j'adore vous lire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s