Luis Sepúlveda, L’Ouzbek muet et autres histoires clandestines

Luis Sepùlveda, L'Ouzbek muet et autres histoires clandestines, Métailié, avril 2015 (nouvelles)
Luis Sepùlveda,
L’Ouzbek muet et autres histoires clandestines,
Métailié, avril 2015 (nouvelles)

« On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans », proclamait Arthur Rimbaud.

Tout dépend le pays dans lequel on vit, quand on a dix-sept ans. Celui de Sepúlveda, nombreux le savent, c’est le Chili. Un Chili en effervescence, dans les années 60/70, où ne manque aucune volonté de changer la société. Et quand on a dix-sept ans, de volonté, on n’en manque pas !

La première nouvelle de ce recueil, qui en déroule neuf, évoque précisément les aventures rocambolesques d’un groupe de jeunes qui complotent très sincèrement une révolution. À la manière de quand on a dix-sept, avec des rêves plein la cœur et des paradoxes plein la tête.

À dix-sept ans, on est quand même un peu farfelu, on se fait des films….Et on organise des coups foireux, pour la bonne cause ! C’est tendre, c’est facétieux, et c’est aussi très sérieux. La bande du camarade Marcos, sur fond de guerre au Viêtnam, prépare un attentat – une « action révolutionnaire » – contre l’Ambassade des États-Unis, avec une bombe dont ils ont trouvé le secret de fabrication dans le « Manuel du guérillero urbain » :

[...]de la gaze, de la colle et du phosphore des allumettes Copihue[...]

Mais que diantre vient faire un Ouzbek, de surcroît muet, dans cette galerie de portraits prétendument révolutionnaires ? Il faut suivre : Rodrigo raconte-l’histoire-de-Ramiro-le-Péruvien, qui part-à-Moscou, qui cherche-le café-Pouchkine, qui maudit-Gilbert-Bécot-ah-c’est-pas-ainsi-que-ça-s’écrit, qui rencontre-« le-Chilien« , qui voulait-aller-à-Prague et qui quatorze-jours-après-avoir-quitté-Moscou-et–arrive-à-Tachkent-capitale-de-l’Ouzbékistan-sans-passer-par-Prague-mais-c’est-une-autre-histoire. Nous y voilà, en Suisse, de retour de Moscou…

[...] la distance se fait aussi dure
et aussi présente
que l'hiver en Europe [...]

Ne pas se prendre au sérieux. Tout l’art de Sepúlveda est là, dans ce recueil. Évoquer le principal, l’important. Il excelle. Parfois grave, parfois badin, toujours proche de ce que son pays a traversé avant et pendant l’arrivée de Salvator Allende, alors que grondait déjà au loin les prémisses de la dictature. On lit avec le sourire au coin des lèvres, parce que L’auteur tourne au burlesque les heurs et malheurs des protagonistes de ces histoires clandestines. Sauf quand il demande à un déserteur de raconter la mort du Che, assassiné. C’est de l’histoire « vraie » et c’est digne, c’est grave, c’est tragique.

[...] plus on en saura, mieux ça vaudra.
Chacun de nous
doit être la copie d'un livre
qui répète la même histoire [...]

Merci à Asphodèle pour ce livre-cadeau

© Martine – 15 septembre 2015 

 Écri’turbulente sur FB

Revenir à la page d’accueil

11 réflexions sur “Luis Sepúlveda, L’Ouzbek muet et autres histoires clandestines

  1. Je suis contente qu’il t’ait plu car c’était « terra incognita » quand je l’ai acheté, j’étais sceptique mais je savais que tu aimais cet auteur et tu en parles très bien ! Et comme j’aime que les livres voyagent, se prêtent, se lisent, bien sûr que tu peux le prêter à Maryline et à Anne, on les entendra chuchoter !! ! Et puis il est à toi maintenant, tu en fais ce que tu veux !!! 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, ce recueil de nouvelles m’a beaucoup plu. C’est du bon Sepúlveda. Dans son côté railleur en même temps que très sérieux. Je te remercie vraiment, Lisa, pour ce joli cadeau. Marilyne à déjà pris rang pour l’emprunter, et si Anne le désire, il pourra aussi partir en Belgique bien sûr 😀

      J'aime

    1. Moi aussi, j’aime beaucoup Luis Sepúlveda, Ce recueil de nouvelles est à lire, ne serait-ce que pour l’évocation cocasse des faits d’arme des révolutionnaires de pacotille qui fomentaient leurs attentats !

      J'aime

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s