Hugo et les rois Être et Avoir, Anne-Marie Gaignard & François Saint Remy Le Robert, 2013 (dernière édition)
Hugo et les rois Être et Avoir, Anne-Marie Gaignard & François Saint Remy
Le Robert, 2013 (dernière édition)
Les girafes sont partis dans la savane. 
Les lions étaient énervé par les cris des singes.

J’en connais qui doivent ici se demander si j’ai perdu le Bescherelle installé depuis mon enfance sur le disque dur de ma mémoire interne (et intérieure).

C’est bien là le fond des problèmes qu’aborde cet album destiné, à mon avis, autant aux jeunes élèves qui s’escriment sur les accords du participe passé qu’aux anciens jeunes élèves qui n’ont jamais réussi à en percer les mystères.

Quatre protagonistes dans cette aventure : Hugo, la fée Nina et les deux souverains Être et Avoir.
Hugo, comme on peut s’en douter, accumule les zéros et les quolibets à chaque dictée. Jusqu’à l’apparition d’une petite fée bienveillante qui va l’emmener visiter les royaumes des Majestés..

Hugo, je te présente le roi ÊTRE, le roi le plus gentil qui soit ! Il aime ses sujets. Il s’intéresse à eux. Tous les gens qui vivent dans son royaume sont contents de vivre à ses côtés.

Et la fée d’aider l’enfant à décortiquer la phrase, de poser la question magique au bon roi (Qui est-ce qui ?), d’écouter sa réponse, de le vêtir correctement et surtout d’habiller le participe passé sans difficulté. Le Roi Être va inviter ensuite Hugo à une partie de cache-cache. Voyez plutôt…

wpid-2015-08-13_17.07.23.jpg

La rencontre avec le roi AVOIR, vous en doutez, sera plus délicate. C’est vrai qu’il a un caractère de chien, ce monarque ! Mais quelques astuces très ludiques et particulièrement efficaces conduisent progressivement l’enfant à apprivoiser les accords, à leur donner sens, à dompter ces terminales en « é », « u », « i » qu’il faudra ou non costumer judicieusement.

wpid-wp-1439478598571.jpeg

Personnellement, j’aime cet album, parce qu’il est agréable à lire, et qu’il dédramatise tranquillement ces fichues combinaisons. Je l’utilise avec les jeunes enfants que j’accompagne en remédiation scolaire (à partir du CM). Nous le lisons ensemble pas à pas, et surtout très lentement. Pour qu’elle soit opérante, la lecture de l’ouvrage doit être accompagnée.

Ensuite, quand nous sommes parvenus à la fin de cet apprentissage, j’autorise les parents à offrir l’album à leur progéniture qui le réclame à corps et à cris depuis la quarantième page (alors qu’il en comporte 94). Le tour est joué ; tout n’est pas gagné, mais une bonne partie du chemin est parcourue.

L’album sert ensuite d’aide-mémoire, en cas de défaillance.

© Martine – 13 août 2015 

 Écri’turbulente sur FB

Haut de page