Daniel Pennac : Ancien malade des hôpitaux de Paris

Daniel Pennac, Ancien malade des hôpitaux de Paris, Folio 2015, Gallimard 2012.
Daniel Pennac, Ancien malade des hôpitaux de Paris, Folio 2015, Gallimard 2012.

Un rêve identitaire… Celui du docteur Galvan, interne en médecine, en poste aux urgences, cette nuit-là. Quand il sera grand, il aura SA carte de visite. La sienne. Et l’interne en médecine deviendra Professeur en médecine interne. Il n’a que ça en tête pendant ce début de nuit où il « pique, obture, ponctionne, reboute, coud, agrafe, sonde, mèche, draine, panse, accouche » tous ceux qui se présentent pour « refuser le lundi matin avec les moyens du bord« . Jusqu’au moment où… un monsieur sans « âge, ni ambition […], sans défense non plus, finit par faire entendre qu’il « ne se sent pas très bien« .

Il faut un Daniel Pennac, riche de ses délires, de son maboulisme littéraire, pour conter cette nuit de folie. Lui-même baptise cette courte nouvelle « monologue gesticulatoire ». J’approuve, je fais corps, j’acquiesce, je me rallie à cette définition.

L’interne en médecine, futur professeur en médecine interne (au grand dam de sa famille « tous toubibs depuis Molière » qui lui aurait assigné une spécialisation plus prestigieuse), entre dans un cauchemar sans nom. Son patient va lui en faire voir de toutes les couleurs (et surtout de toutes les cartes de visite de ses confrères aux titres éblouissants) en développant, une à une, des pathologies toutes plus gravissimes les unes que les autres. En déjouant tous les diagnostics. En mettant à mal tous les scientismes des plus réputés praticiens.

L’art narratif de Pennac, c’est du grand art. Tellement grand qu’on retient son souffle en essayant de se retenir de rire à gorge déployée. On compatit, on s’apitoie sur la malchance de ce jeune futur mandarin qui galope dans les couloirs de l’hôpital, de services en services, poussant ce qu’il croit être un futur cadavre. C’est exquis, c’est débridé, c’est échevelé, c’est extravagant.

Oui, c’est du grand Pennac, du vrai ; comme je l’aime, ce diable d’écrivain qui n’a certes pas besoin d’une carte de visite pour faire valoir son autorité en la matière.

Quatrième de couverture :

Cette nuit-là, le docteur Galvan trouva la foi, la perdit, la retrouva, la perdit à nouveau, et ainsi de suite car la nuit fut longue. Il fallait qu’il le raconte à quelqu’un. Désolé que ce soit vous.

© Martine – 03 août 2015 

 Écri’turbulente sur FB

Haut de page

10 réflexions sur “Daniel Pennac : Ancien malade des hôpitaux de Paris

  1. Je n’ai jamais lu Pennac, souvent vu à la télé dans diverses émissions. Il faudra qu j’essaye. Cette nouvelle décalée à l’air jubilatoire. Je crois qu’on a du Pennac à la maison en plus…un coffret me semble t-il…
    Ha la médecine interne…aucun jeune médecin ne veut aller sans cette spécialité enfin pas beaucoup…les études sont hyper longues et pointues, les consultations souvent très longues donc on gagne pas beaucoup d’argent…c’est peut être ce que veut dire Pennac en parlant de spécialités plus prestigieuses…

    Aimé par 1 personne

    1. « LE » coffret de la saga des Malaussène ? C’est jubilatoire aussi !
      C’est moi qui ai parlé de spécialités plus prestigieuses, pas Pennac. Parce que le jeune interne, héros de ce court texte, court après un prestige qu’il ne recevra jamais. Mais je n’en dis pas plus, ce serait dévoiler l’intrigue, et sa chute.

      J'aime

    1. Non, Aifelle, ce n’est pas « un récit d’hôpital ». C’est exactement l’antithèse. Et c’est joyeusement atteint de frénésie débordante…

      J'aime

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s