2015-07-10 REFLEXIONMoui, y’en a qui pensent peut-être que j’ai laissé tomber.

Moui et Noui. Pas laissé tomber l’écriture, mais en train de réfléchir aux procédures. Jusqu’alors, j’aimais bien le concept des « réels » à la Queneau. Qui, si on a lu les « Exercices de style » du sus-nommé, n’ont rien, mais absolument rien à voir avec le Monsieur..

Cette idée de réel me plaît bien, parce qu’elle oblige à écouter son quotidien et à lui donner parfois le sens que l’on perd dans la frénésie frénétique qui nous accompagne chaque jour.

Pouce, je pause ! J’écris mon réel. Ça, j’aime bien.

Ce qui est en train (locomotive et wagons compris) de me lasser, c’est de devoir chercher dans les faits du jour, aléatoires pour la plupart, ce qui pourrait coller à une consigne d’écriture, tout aussi aléatoire.Trop de consignes tuent la consigne.

Comme j’ai très envie de m’astreindre à cet exercice d’écriture quotidien, et que je ne saurais le faire sans règles édictées, j’ai pensé que je pourrais m’édicter mes propres règles.

C’est ce à quoi je réfléchis. Je vous tiens au courant.

Si ça vous intéresse ! ? ! ?

© Martine – 10 juillet 2015 

 Écri’turbulente sur FB

Prochain épisode : allez donc savoir !

Haut de page