Jean-Pierre Siméon, Un home sans manteau, Cheyne éditeur, mai 2006
Jean-Pierre Siméon, Un homme sans manteau,
Cheyne éditeur, mai 2006

Rien ne s’efface, ma songeuse
quand d’un geste neuf tu me désignes
les régions du soleil

les ruines aussi ont leur rumeur
et je sais tous les noms de la mort
au-delà de tes yeux

ô j’avance heureux
et je prends ton soupir pour la fleur
et ton épaule me fait à a façon
dans l’ombre

mais rien n’efface
les voyelles
du cri
dans la rumeur

l’espace remue devant la porte

Jean-Pierre Siméon, Un homme sans manteau, Cheyne éditeur, mai 2006

Haut de page