2015-06-23 CEUX QUI S'ACCROCHENT

Ceux qui s’accrochent au souvenir fantasmé d’un passé déçu et déchu ne me paraissent pas être dans un projet de vie et d’avenir. J’en connais qui ressassent indéfiniment leur dépit qu’ils transforment en haine, en aigreur et en rancune. Pendant qu’ils s’occupent à entretenir leur géhenne, à en attiser inlassablement les braises, ils ne prennent pas soin d’eux. Sans doute le bénéfice (négatif) qu’ils en retirent est-il plus intense que celui (positif) qu’ils pourraient obtenir s’ils (la forme masculine n’est que pure syntaxe grammaticale) se consacraient à se métamorphoser.

© Martine – 24 juin 2015 

 Écri’turbulente sur FB

Prochain épisode : présentation de

Et maintenant, juste pour rire… accroche-toi Jeannot !

Haut de page