2015-06-20 FIN DE

Pour que la fin soit, encore faut-il qu’elle eut un début. Alors aujourd’hui, je dirai que :

– C’est la fin de ma journée, que j’ai commencée ce matin à six heures trente.

– C’est la fin du printemps, qui a commencé le vingt mars.

– C’est la fin de mon repas (hum… une mousse de melon à l’huile d’olive et au basilic),  que j’ai commencé à dix-neuf heures quinze.

– C’est la fin de mon billet, que j’ai commencé il y a cinq minutes.

Mais ce n’est pas la fin des haricots, ni la fin du monde. Pas encore.

© Martine – 20 juin 2015 

 Écri’turbulente sur FB

Prochain épisode : feu de

Haut de page