2015-05-29 dictionnaireDevant la formule aujourd’hui proposée, je me suis trouvée bien en peine. Parce qu’il ne s’agit pas, stricto sensu, de cette peine-là dont il est question ; une recherche m’a permis de découvrir que « la peine de » est ce qui représente en fait de fatigue, d’effort, d’attention, l’accomplissement d’un travail, d’une activité. Cela valait-il la peine de faire cette investigation ? Me voici déjà lasse de m’être échinée pour répondre à une consigne que je juge bien absconde. Bien sûr, j’aurais pu évoquer la peine de mort, ou la peine de cœur. Mais rien, ce jour, pour en justifier l’emploi.

© Martine – 30 mai 2015 

 Écri’turbulence sur FB

Prochain épisode : 31 mai ¨comme un touriste.

Haut de page