Cahiers du jour : beaucoup trop

2015-05-26 BEAUCOUP TROP

Beaucoup trop de vent. Je ne supporte pas. Ça m’irrite. Ça m’exaspère. Ça me rappelle mon adolescence languedocienne.

On dit que le remembrement est en cause. Que la suppression des haies vives a ouvert la porte aux souffles intempestifs d’Éole à ras de terre. Que les baragnes naturelles servaient de brise-vent. Qu’à présent c’est plus facile de cultiver, parce que les halliers étaient un obstacle à la mécanisation.

On dit aussi que la suppression des taillis accélère l’érosion et réduit la teneur en eau du sol.

"Une société qui accepte la tyrannie de l'expert est une société malade". 
René Dubos

© Martine – 27 mai 2015 

 Écri’turbulence sur FB

Prochain épisode : 28 mai ¨ Aujourd’hui pris entre les deux.

15 commentaires

    1. Je ne suis pas languedocienne. Mes parents ont quitté notre Lorraine familiale pour venir s’y installer, après une escale dans le bordelais. Je n’ai pas réussi à m’acclimater (à tous les sens du terme) au sud. Ce n’est pas une région qui convenait, notamment à cause du vent, mais aussi à cause du caractère superficiel des autochtones.

      J'aime

      1. Pour ma part , après 20 ans dans les Ardennes j’ai apprécié ce séjour à Montpellier ( de 20 ans à 23 ans pour les études puis 4 ans de boulot ) … Ensuite région parisienne …

        J'aime

  1. « Dès que le vent soufflera je repartira
    Dès que les vents tourneront nous nous en allerons…

    « C’est pas l’homme qui prend la mer
    C’est la mer qui prend l’homme »
    Moi la mer elle m’a pris
    Au dépourvu, tant pis… »

    J'aime

  2. Je ne sais pas (je ne suis pas experte) pour les halliers et autres haies naturelles où se cachaient des mûres l’été venu…on en trouve de moins en moins. Ici il y a toujours eu du vent et moi j’aime ça, sauf quand il souffle en tempête trop longtemps, ça m’énerve aussi ! Mais sans le vent, je ne respire pas ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, bien sûr, le vent est un phénomène naturel. Et même si je ne l’apprécie guère, il a le droit de vivre (si l’on peut dire). C’est de l’effet qu’il nous fait et des raisons pour lesquelles il nous fait cet effet dont je voulais parler. Les haies vives ne sont pas que le domaine de juteuses mures, elles sont aussi un espace de vie, de préservation, de nidification pour la petite faune ailée, dont l’homme, quoi qu’il en pense, a grand besoin pour assurer sa pérennité.
      Ce n’est pas au vent, finalement que s’adressait mon CDG (pas l’aéroport, mais mon état d’esprit), mais à cette entremise humaine qui ne tient guère compte de ce qui est essentiel à sa vie.

      J'aime

    1. Oui, je crois que c’est l’oeuvre de l’homme sur la nature qui est la cause de ces inconforts. S’il cessait de se considérer comme le centre du monde, alors qu’il n’en est qu’un maillon, je pense que nous irions beaucoup mieux ! Et la nature aussi !

      J'aime

  3. Le vent qui souffle comme un damné me met de mauvaise humeur.
    À Narbonne, où je demeurais, adolescente, il s’époumonait jour après jour et déjà je ne supportais pas.
    Merci pour cette tasse de café, que j’ai transformée en thé parce que, dans une autre vie, j’ai tant bu de café que, comme le vent, je ne le supporte plus. Trop de café tue le café. C’est dommage que ça ne marche pas pour le vent 😉
    Bises, Marlaguette 😀

    J'aime

Un truc à me dire ? N'hésitez pas, j'adore vous lire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s