2015.05.21 ASSEZ DEAssez de kilomètres parcourus, aujourd’hui, sur l’autoroute : un aller/retour express jusqu’à Nice, pour accompagner dans sa dernière demeure une personne qui m’est chère.

Presque mille… en deux trente-et-une heures.

L’autoroute est un lieu captif, où je me sens prisonnière. Un peu comme une balle de flipper qui rebondit d’un plot à un autre, sans pouvoir décider de sa trajectoire.

© Martine – 21 mai 2015 

 Écri’turbulence sur FB

Prochain épisode : 23 mai ¨ Fragment d’aujourd’hui dont Hitchcock aurait fait un film.